Egypte: le président destitué Morsi rejette l’autorité de ses juges

Egypte: le président destitué Morsi rejette l’autorité de ses juges
Photo de Mohammed Morsi

Photo de Mohammed Morsi

Le président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué et arrêté par l’armée le 3 juillet, ne reconnaît pas l’autorité du tribunal qui doit le juger pour incitation au meurtre à partir du 4 novembre, a annoncé lundi la coalition de ses partisans.

Aucun avocat –égyptien ou étranger– ne défendra le président élu Mohamed Morsi, car le président ne reconnaît pas ce procès ni aucune action ou processus issu du coup d’Etat, annonce dans un communiqué l’Alliance pour la démocratie et contre le coup d’Etat, une coalition des partisans du seul chef de l’Etat élu démocratiquement en Egypte.

M. Morsi, détenu au secret par l’armée qui a nommé un gouvernement et un président intérimaire dès le 3 juillet, doit comparaître à partir du 4 novembre devant un tribunal du district du Caire au côté de 14 autres personnes pour incitation au meurtre de manifestants le 5 décembre 2012, quand il était au pouvoir.

Il ne reconnaît pas l’autorité du tribunal, a martelé dans son communiqué l’Alliance contre le coup d’Etat, composée principalement des Frères musulmans, l’influente confrérie islamiste de M. Morsi qui avait largement remporté les législatives de fin 2011.

Le texte cite une équipe d’avocats des victimes du coup d’Etat comme étant la seule à pouvoir parler au nom de M. Morsi, et ajoute qu’ils seront présents au procès non pas pour le défendre mais pour observer la procédure judiciaire.

Avec l’AFP


Tags assigned to this article:
egypte

Related Articles

Attentats en Egypte : lourdes peines pour les journalistes contredisant les informations officielles

En vertu d’une nouvelle loi antiterroriste, les tribunaux pourront condamner les journalistes à de lourdes amendes et à cesser leur

En Arabie Saoudite, 1 000 coups de fouet pour un blog

Le blogueur Raef Badaoui devait subir ce vendredi sa deuxième séance de flagellation en place publique pour «insulte à l’islam».

L’Egypte achète pour 950 millions d’euros les deux Mistral commandés par Moscou

Epilogue pour la vente des Mistral: la France a trouvé un accord avec l’Égypte pour l’acquisition de ces deux bâtiments

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*