Enquête: Crise ivoirienne enfin les responsabilités situées

Enquête: Crise ivoirienne enfin les responsabilités situées
Crise Ivoirienne enfin les responsabilités situées

Le ministre des droits de l`homme et des libertés publiques lors de l’installation de la Commission Nationale d`Enquête
Mardi 13 septembre. © Abidjan.net par PRISCA

Ce mercredi au palais présidentiel d’Abidjan, la présidente de la commission nationale d’enquête, Madame Paulette Badjo sur la crise post électorale à rendu les conclusions de l’enquête menée par ses services au président Alassane Ouattara. Pour la première fois une enquête révèle la culpabilité des partisans du président.

Longtemps point de discorde entre les deux protagonistes de la crise Ivoirienne les responsabilités dans les massacres qui ont précédé la proclamation des résultats de l’élection présidentielle  de 2010 ont toujours été discuté entre pro-Gbagbo et Pro-Ouattara. A partir des conclusions livrées par la commission nationale indépendante d’enquête il est maintenant un peu plus claire sur les auteurs de ces massacres qui restent gravés à jamais dans l’histoire de ce pays.

Les investigations menées sur la période du 30 octobre 2010 au 15 mai 2011 inclus révèlent que 3248 personnes ont péris dans les violences inter Ivoirienne dont 1452 meurtres attribués aux forces pro-Gbagbo dont 1009 exécutions sommaires. Les forces pro-Ouattara composé en partie de FRCI et de Dozo totalisent 727 meurtres avec 545 exécutions sommaires pour les premiers et 200 par les dozo. Le rapport d’enquête met aussi en cause les groupes d’autodéfense ou miliciens pro-Gbagbo qui ont été très activent durant cette période. Enfin un dernier groupe de mort au nombre de 57 a été désigné de « diverses personnes » par la commission d’enquête qui les ajointe notamment à 3248 cas de « violation du droit à la vie ». Le rapport note 8141 « atteintes à l’intégrité physique » ainsi que 345 de « tortures », 194 cas de viols, 265 « disparition forcées » enfin 260 « détention arbitraires ».

Les conclusions à peine reçu que le chef de l’Etat les a remis à son premier ministre Jeanneau Haoussou pour que la justice Ivoirienne se saisisse du dossier afin d’ouvrir les procédures pour que justice soit rendu.

A ce nouveau dossier sur la crise qui a secouée le pays phare de la CEDEAO l’opinion publique s’interroge sur la suite des évènements quant à voir le président Ouattara lâcher à la justice ses partisans qui ont commis des exactions ou crimes pendant cette période de crise.

 

Fulbert KOFFI
Oeil D’Afrique Abidjan

 



Related Articles

RDC : Le peuple sera consulté, s’il le faut et conformément à la constitution

[GARD align= »center »] Au lendemain de la rencontre entre le président Joseph Kabila et les membres de sa famille politique à

Côte d’Ivoire: cinq militaires arrêtés pour abus de pouvoir

Des commandos du quartier de Koumassi à Abidjan ont mis mardi la main sur cinq éléments des forces républicaines de

L’ONU lève « toutes les sanctions » contre la Côte d’Ivoire et proroge le mandat de l’ONUCI

[GARD align= »center »] Le Conseil de sécurité de l’ONU a levé jeudi « toutes les sanctions » contre la Côte d’Ivoire et décidé

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*