Ethiopie: Hailemariam sera investi vendredi Premier ministre

Ethiopie: Hailemariam sera investi vendredi Premier ministre
Hailemariam

Hailemariam Desalegn, à la tribune des Nations unies, le 26 septembre 2011, à l’époque comme chef de la diplomatie éthiopienne (AFP/Archives, Emmanuel Dunand)

ADDIS ABEBA — Hailemariam Desalegn, qui assure l’intérim à la tête de l’exécutif éthiopien depuis le décès mi-août de Meles Zenawi, sera formellement investi Premier ministre dès vendredi par les députés éthiopiens, a annoncé mercredi à l’AFP le gouvernement éthiopien.

L’EPRDF, la coalition au pouvoir qui a porté samedi M. Hailemariam à sa présidence, a décidé que le « fonctionnement normal du gouvernement devait reprendre », a déclaré un porte-parole du gouvernement éthiopien, Shimeles Kemal.

Le conseil de l’EPRDF (Front démocratique et révolutionnaire des peuples éthiopiens) « a estimé qu’une session extraordinaire devait être convoquée vendredi », a-t-il ajouté.

« Les deux présidents qui ont été nommés seront investis » dans les fonctions de Premier ministre et vice-Premier ministre, a-t-il indiqué, désignant M. Hailemariam, nouveau président de la coalition, et l’actuel ministre de l’Education, Demeke Mekonnen, élu samedi soir vice-président de l’EPRDF.

Il était initialement prévu que le Parlement ne se réunisse que début octobre, date prévue de la reprise de sa session ordinaire, comme l’avait indiqué samedi soir Bereket Simon, autre porte-parole du gouvernement et ministre de l’Information.

M. Bereket avait précisé que le nouvel exécutif resterait en fonction jusqu’aux prochaines législatives de 2015.

Aucun détail n’a été donné sur le déroulement de la séance parlementaire de vendredi. La Constitution, muette sur les mécanismes institutionnels en cas de vacance du pouvoir, prévoit simplement que le Premier ministre est élu par les députés.

L’EPRDF, ancienne rébellion dirigée par Meles Zenawi, est au pouvoir depuis qu’elle a renversé en 1991 le régime du Derg de Mengistu Hailemariam et détient une écrasante majorité au Parlement. Elle a remporté les législatives de 2010 avec 99,6% des suffrages.

Les postes de président de l’EPRDF et de Premier ministre ont été occupés sans interruption depuis 1991 par M. Meles, jusqu’à son décès, officiellement le 20 août dans un hôpital bruxellois.

M. Hailemariam était vice-président de l’EPRDF depuis 2010, date à laquelle M. Meles, incarnation du pouvoir durant 21 ans en Ethiopie, l’avait en outre nommé vice-Premier ministre, faisant publiquement de lui son dauphin.

L’arrivée à la tête du pouvoir éthiopien de M. Hailemariam, 47 ans, sans passé militaire, semble marquer une rupture générationnelle au détriment de la « vieille garde » des dirigeants historiques, arrivés par les armes au pouvoir au côté de M. Meles.

Sudiste, protestant, n’ayant pas combattu, Hailemariam Desalegn, semblait cumuler les handicaps pour succéder à M. Meles. Le pouvoir réel dans le pays étant aux mains des ex-rebelles de la minorité tigréenne issue du nord du pays, à laquelle appartenait M. Meles, et la société majoritairement orthodoxe très marquée par la religion.

Pour la première fois depuis 1991, aucun Tigréen n’occupe l’une des deux têtes de l’exécutif, alors que le parti tigréen, le tout-puissant TPLF (Front de libération des peuples du Tigré) de M. Meles, est considéré comme la colonne vertébrale de la coalition et le dépositaire du pouvoir en Ethiopie.

« L’EPRDF a décidé que la direction devait passer à la nouvelle génération qui n’a pas participé à la lutte armée », avait déclaré samedi soir M. Bereket.

 

AFP

 


Tags assigned to this article:
EthiopieHailemariampremier ministre

Related Articles

Madagascar présidentielle: la Cour électorale annule les trois candidatures contestées

La Cour électorale malgache a annoncé samedi avoir annulé les trois candidatures à la présidentielle contestées par la communauté internationale,

Procès Chebeya en RDCongo: l’ex-chef de la police ne comparaîtra pas en appel

L’ancien chef de la police congolaise, le général John Numbi, ne comparaîtra pas au procès en appel des assassins du

Bénin: Lionel Zinsou se serait débarrassé des moyens de l’Etat lors de la campagne

[GARD align= »center »] Le pouvoir béninois a trouvé une astuce pour faire taire les critiques contre le Premier ministre, Lionel Zinsou.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*