Etienne Tshisekedi : Un Président autoproclamé ou un mauvais coups politique

Etienne Tshisekedi : Un Président autoproclamé ou un mauvais coups politique

Il aura suffit d’un entretien téléphonique de 3 minutes pour que tout les congolais réalisent le niveau catastrophique de nos dirigeants politique.


En effet, Radio Lisanga Télévision (RLTV) avait diffusé une interview au téléphone d’ Etienne Tshisekedi, candidat à l’élection présidentielle. Les propos ténus dans cette bande audio ont fait l’effet d’une bombe.
M. Tshisekedi s’autoproclame « président de la République«  et a lance au « gouvernement un ultimatum de 48 heures » pour relâcher ses « combattants » arrêtés lors des manifestations récentes, notamment dans la capitale Congolaise. « Sinon j’appelle les combattants partout dans le pays à aller dans les prisons, à casser les portes des prisons et à libérer ces combattants« , a-t-il menacé, depuis l’Afrique du Sud où il se trouve actuellement.

Des propos tellement inattendu de la part d’un homme qui avait fait de son combat politique, une lutte non violente. Pour tout ses soutiens ce message n’a pas été lancé en l’air sans que le leader de l’UDPS (Union nationale pour la démocratie et le progrès social) ai pesé le poids de ses mots. En effet, Etienne Tshisekedi, premier diplômé en droit en RD Congo sait bien de quoi il en retourne quand il s’autoproclame « président de la République ». Rédacteur de la constitution de la deuxième république, il a toute les notions juridiques pour ne pas lancer ce qu’on pourrait qualifier de GRANDE faute politique.

Ceux qui ont suivi les derniers discours d’Etienne Tshisekedi n’ont pas reconnus l’homme qui s’était présenté à la diaspora congolaise lors de ses voyages de pré-campagne et de collecte de fonds de soutiens pour l’élection.  Oui, le sphinx de Limete n’est plus le jeune homme des années 60. Âgé de 79 ans, malade, il n’a plus cette facilité d’enchainer les mots avec vitesse. Lors de son passage en France devant les combattants il avait un débit qui ne m’avait pas permis de suivre son échange avec les Congolais. Tout les deux mots, il reprenait son souffle et cherchait ses mots.
Alors, comment expliquer l’éloquence et la vitesse de débit de la personne qui parle dans l’allocution audio qui tourne en boucle à Kinshasa? La réponse est toute simple. La manipulation est assez facile à démontrer pour tout expert en montage audio.
1. Les cris de la foule: On reconnait le bruit qu’on trouve facilement sur internet pour habiller les montages d’émissions et autres.
2. La différence en qualité sonore entre les passages démontre l’utilisation de plusieurs bandes son.

Alors, l’autre question qui vient à l’esprit est qui? Suivi de pourquoi?

Pour les membres de l’UDPS, il est difficile de comprendre d’où viennent les coups même s’il est facile de voir venir le danger venant du camp adverse, celui soutenant le candidat Joseph Kabila. L’entretien téléphonique de leur candidat les a totalement déboussolés. La cacophonie règne au sein de l’UDPS. Lors de la conférence de presse d’hier lundi, par la voix de Mr Shabani, le secrétaire général n’a rien apporté de plus qu’une étude de texte ou il avait essayé de minimiser la portée des propos attribués à son président sans pour autant les démentir.
Pour ne rien arranger, Roger Lumbala, député congolais, soutien actif au candidat Tshisekedi et président de la chaîne RLTV, confirme que l’entretien diffusé sur sa chaine était bien celui du président de l’UDPS.

Mais répondons à la question QUI et POURQUOI.
Tout est possible dans cette affaire. Le clan Kabila peut par ces mots chercher à discrédité l’opposant le plus sérieux qu’ils aient à affronter. Tout comme les soutiens d’Etienne Tshisekedi, sachant que les élections seront perdus du fait de la tricherie annoncée dès le début de la campagne; ils cherchent à imposer leur candidat et à créer un soulèvement populaire en demandant aux « combattants partout dans le pays à aller dans les prisons, à casser les portes des prisons et à libérer ces combattants« .

A l’image de ce que nous avions vécu à Paris lors du passage d’Etienne Tshisekedi et que nous avions relaté ici dans l’article L’UDPS et l’amateurisme dans la communication, Le parti n’arrive pas à se tirer de ce mauvais pas. Le service de communication étant inexistant, tout le monde et en même temps personne n’ose parler pour défendre le candidat. L’absence d’une parole officielle pour attester ou non de l’originalité de cette entretien téléphonique nous laisse penser que notre analyse sur eux était plus que correcte.

Roger Musandji
RM COMMUNICATION



Related Articles

RDC : la motion de censure contre Matata Ponyo jugée irrecevable

L’Assemblée nationale de la RDC a jugé irrecevable la motion de censure contre le Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo

La RDC veut poursuivre Germain Katanga condamné par la CPI

[GARD align= »center »] Kinshasa a annoncé lundi sa volonté de poursuivre l’ancien chef de guerre congolais Germain Katanga, condamné par la

CPI: Lubanga et Katanga transférés à Kinshasa pour purger leurs peines

[GARD align= »center »] Les anciens chefs de milice congolais Germain Katanga et Thomas Lubanga, condamnés à La Haye par la Cour

4c ommentaires

Espace commentaire
  1. imakit
    imakit 8 novembre, 2011, 16:39

    Bcp de questions restent posees.
    1. I’ll a ete dit que ce passage etait en direct; est-ce le cas?
    2. Partant du fait que c’est 1montage destine a nuire Tshisekedi, comment expliquer que ce message soit passé sur une chaine reconnue proche de l’UDPS?
    3. Comment expliquer que Roger Lumbala ne conteste pas Le message et se permet meme d’y ajouter sa critique?
    …..

    Répondre à ce commentaire
  2. kayu
    kayu 9 novembre, 2011, 15:34

    Je suis triste de voir autant de gachis de la part d’un homme de sa trempe.Honte et confusion

    Répondre à ce commentaire
  3. wandja
    wandja 10 novembre, 2011, 09:50

    heureusement qu’il demontre sa vraie face avant les élections

    Répondre à ce commentaire
  4. huguette
    huguette 1 décembre, 2011, 09:12

    hu hu hu bosuki c’est fini tout ca ya tshitshi president!qui dis le contraire?

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*