Exclusivité Burkina: Près de 500 militaires du RSP se seraient désolidarisés du putsch du Gal Diendéré…

Le Général Gilbert Diendéré, le 18 septembre 2015 à Ouagadougou

Le Général Gilbert Diendéré, le 18 septembre 2015 à Ouagadougou|AFP

La crise au Burkina Faso pourrait connaitre un autre tournant après l’arrivé hier des médiateurs de la Cedeao, mais surtout avec le revirement de certains militaires putschistes ce matin qui ont quitté leurs positions.

Contre toute attente une source militaire sur place nous apprend que près de 500 éléments du régiment de la sécurité présidentielle auraient déserté  les positions sur le théâtre des opérations qu’ils occupaient jusque-là pour rejoindre le camp Guillaume Ouedraogo de Ouagadougou. Toujours selon la même source, les éléments « déserteurs » du RSP se disent trahi par la hiérarchie qui devait défendre leur avenir face au projet de dissolution du régiment tel que décidé par la Commission de réconciliation nationale et de la sécurité la semaine dernière.

« Nous avons suivi le mouvement par ce que nos chefs nous ont dit que c’était pour obliger le gouvernement à trouver une solution rapide à notre problème mais à l’allure ou vont les choses, Diendéré veut nous utiliser pour des comptes politiques » à martelé un élément du RPS arrivé au camp Guillaume ce matin et qui a préféré garder l’anonymat. Un autre militaire du camp Guillaume joint au téléphone a reconnu avoir vu « des frères d’armes arrivés ce matin à la caserne » mais sans autre commentaire.

Ce revirement de la situation serait un coup dur pour le général Gilbert Diendéré qui perd les pieds au fil du temps surtout avec la suspension du pays des instances de l’Union Africaine et la condamnation de son putsch par les Etats-Unis et la France, du Nigeria et du Ghana.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
arméeBurkinaéléctionsUA

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Sommet à Paris sur Boko Haram, avec un président nigérian très critiqué

[GARD align= »center »] Un mois après l’enlèvement de plus de 200 lycéennes par Boko Haram, Paris accueille samedi un mini sommet

Sénégal : Le « Girls Coding Camp » pour initier les femmes aux nouvelles technologies

Jjiguene Tech, premier hub de femmes dans les TIC au Sénégal, organise le Girls Coding Camp qui se tient à

Nigéria: près de 200 Togolais menacés de rapatriement

Les autorités de l’Etat de Lagos au Nigéria ne supportent plus le trop plein d’immigrés togolais travaillant dans cette ville.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*