Exclusivité: la bande originale de l’entretien téléphonique entre Guillaume Soro et Djibril Bassolé

Le putsch raté au Burkina-Faso continu de secouer la sous-région. Dernières victimes en date, le Président de l’Assemblée Nationale Ivoirien, Guillaume Soro et l’ancien ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, Djibril Bassolé. En effet, une publication audio laisserait croire à une conversation entre les deux hommes, sur l’issue du putsch tenté par Gilbert Diendéré et les soldats du RSP.

Guillaume Soro a t-il servit de marionnettiste du putsch qui devait aboutir au départ du président de la transition, Michel Kafando et son premier ministre Isaac Zida?  Une bande sonore publiée sur internet et largement diffusée sur les réseaux sociaux a mis le feu aux poudres et laisse croire à l’implication direct de Soro dans la tentative de déstabilisation du régime burkinabé.

Cet enregistrement visait à prouver que les deux personnalités avaient partie liée avec les auteurs de la tentative de putsch de septembre dernier au Burkina Faso. Aujourd’hui, grâce à nos informateurs au sein de l’Etat burkinabé, nous avons pu entrer en possession de la bande audio originale de cette conversation.

Cette nouvelle bande sonore remet en question l’authenticité de ce qui serait aux yeux des spécialistes de l’audiovisuel un grossier montage.

Dans un tweet, le président de l’Assemblée National Ivoirien qualifie la première bande sonore de grossier et de Fake ( faux en français, ndlr)

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
Burkina FasoDjibril BassoletGuillaume Soroputsch

[fbcomments]

Related Articles

Congo Brazzaville : la majorité au pouvoir malade de l’égocentrisme

Le Parti congolais du Travail (PCT), tête de fil de la majorité au pouvoir au Congo Brazzaville, et certains de

Sénégal : Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé mis sous contrôle judicaire

 [GARD align= »center »] Le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé a été mis mardi à Dakar sous contrôle judiciaire par la Cour

La Rose du Congo reçoit Kerwin Mayizo

A l’occasion de la commémoration des 52 ans de « l’indépendance de la R.D Congo » le bilan sur l’état du pays est mitigé.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*