Explosions au Congo: la fin du déminage est prévue en août

Explosions au Congo: la fin du déminage est prévue en août

Les explosions ont provoqué des dégâts jusqu'à Kinshasa, la capitale de la République Démocartique du Congo, juste en face de Brazzaville de l'autre côté du fleuve. Sur cette photo prise depuis Kinshasa, de la fumée s'élève du site de l'explosion. Photo: AFP

Le déminage du site des explosions qui ont fait près de 300 morts le 4 mars à Brazzaville s’achèvera en août, a-t-on appris mercredi auprès de sources onusienne et militaire.

«Nous sommes très satisfaits du travail réalisé sur le terrain depuis les explosions du 4 mars. Nous continuons à travailler et devons terminer le travail en août», a déclaré à la presse Charles Frisby, expert au Service de lutte antimines des Nations Unies (UNMAS).

Le porte-parole des Forces armées congolaises (FAC), le colonel Jean-Robert Obargui, a confirmé à l’AFP que les opérations de dépollution seront terminées en août.

«Il faut faire une dépollution très technique parce qu’il y a encore beaucoup d’engins à enlever», a précisé Charles Frisby.

«Depuis les explosions, nous avons pu enlever 45 tonnes de munitions. Il y en a qui n’ont pas explosé et sont encore en bon état. Nous les sécurisons avec l’armée congolaise. Nous ne les détruisons pas toutes», a expliqué Charles Frisby.

L’ONU, qui finance en partie la dépollution avec l’État congolais, a annoncé mercredi avoir mobilisé 10 millions de dollars (dont 7 millions déjà disponibles) de ressources additionnelles pour assister les sinistrés.

Les explosions du 4 mars dans un dépôt de munitions de la caserne de Mpila, dans l’est de Brazzaville, ont fait officiellement 282 morts, plus de 2300 blessés, et 9600 sans-abri qui vivent encore dans des conditions précaires dans une dizaine de sites aménagés dans la capitale congolaise.

Les conclusions de l’enquête sont attendues dans les jours à venir, selon les autorités congolaises.

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
4marsbrazzavilledéminageexplosions

Related Articles

Mali: c’est aux Africains de « déterminer » quand intervenir affirme Hollande

Il revient aux pays africains de « déterminer » quand et comment intervenir militairement au nord du Mali contrôlé par des groupes

Kinshasa: Le vendredi de tout les dangers

A croire les membres du PPRD que nous avons contactés « la ville de Kinshasa se réveille au bruit doux des

Centrafrique: Djotodia affirme qu’il rendra le pouvoir dans trois ans

Le nouvel homme fort de Centrafrique, Michel Djotodia, a affirmé samedi, lors d’un discours public à Bangui, qu’il remettra le

2c ommentaires

Espace commentaire
  1. nsimou ni mayela
    nsimou ni mayela 10 mai, 2012, 14:06

    Pour les avertis de la gestion chaotique que connait le Congo depuis 1979 nous pensosn que ceci n’est une annonce de plus.En manque de logistique et en possession uniquement d’une serie d’equipes composées uniquement des bouqouteurs nous craignons que cette annonce ne soit suivie que par du vent.Le deminage du site de la poudriere de Pointe noire ayant eu un impact de loin plus faible que celui de Mpila

    Répondre à ce commentaire
  2. nsimou ni mayela
    nsimou ni mayela 10 mai, 2012, 14:10

    Pour les avertis de la gestion chaotique que connait le Congo depuis 1979 nous pensosn que ceci n’est une annonce de plus.En manque de logistique et en possession uniquement d’une serie d’equipes composées uniquement des bouqouteurs nous craignons que cette annonce ne soit suivie que par du vent.Le deminage du site de la poudriere de Pointe noire ayant eu un impact de loin plus faible que celui de Mpila avait duré au de là d’un semestre,selon un expert de l’ONG,et cmt se fait il que celui de Mpila avec un impact aussi violent ne puisse durer que moins d’un semestre.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*