Faure Gnassingbé et les deux mandats présidentiels: «Si on peut appliquer la même règle…»

[GARD align= »center »]

Le président togolais Faure Gnassingbé

Le président togolais Faure Gnassingbé

En visite en Allemagne depuis la semaine dernière, le président togolais, Faure Gnassingbé, s’est exprimé au micro de la Deutsche Welle sur la question de la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux en Afrique.

La question de la limitation à deux des mandats présidentiels en Afrique fait l’objet de débats au Togo. Mais, c’est en Allemagne où il séjourne que le Président togolais Faure Gnassingbé s’est prononcé sur le sujet.  «L’interrogation qui est la mienne aujourd’hui, c’est de savoir si on peut appliquer la même règle dans tous les pays, est-ce qu’une seule règle peut convenir à tous les pays ? Le débat est lancé. La deuxième chose, parce qu’il y a une limitation le peuple doit rester muet ? Les intentions sont louables quand on veut créer un débat pour changer la Constitution. Disons que c’est un peu les enjeux de pouvoir », a-t-il soutenu.

Le chef de l’Etat togolais dit souhaiter que le débat ne soit pas mené par les politiques pour éviter qu’ils soient en même temps  «juges et parties». Il en appelle aux intellectuels africains.

«Mon souhait en tant qu’Africain, c’est que ce débat soit mené par les intellectuels, des universitaires et qu’ils puissent nous donner des pistes. Je crois l’Afrique aujourd’hui regorge d’intellectuels, d’universitaires et d’une société civile assez dynamique qui peuvent mener ce débat », indique Faure Gnassingbé.

Gnassingbé estime toutefois qu’on ne peut pas imposer ce nombre de mandats à deux dans tous pays, au risque de créer des problèmes. Aussi, estime-t-il, le mandat présidentiel ne peut pas rester illimité.

«Je pense que si on uniformise toutes les Constitutions où tout est limité à deux mandats, il y aura problème ici ou là parce que nous n’avons pas les mêmes situations et les mêmes histoires. Si on supprime aussi cette limitation, nous venons de quelque part, d’une situation où on trouvait les règnes un peu trop longs et nous avons trouvé ce moyen de correction qui a fait ces preuves  dans des cas mais qui n’a pas permis d’éviter des crises dans d’autres cas. C’est une question difficile et c’est avec toute humilité que le débat soit ouvert sans tabou et sans arrière-pensée», lance le président togolais.

Faure Gnassingbé pense qu’il est dangereux d’instrumentaliser la question d’une manière ou d’une autre.

Cette réaction intervient au moment même où  une réforme politique est déjà programmée et prévue au Togo. Le débat est déjà lancé avant le retour de Faure Gnassingbé au pays.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Faure GnassingbéTogo

Related Articles

RDC: le camp Tshisekedi mis en cause dans un nouveau complot contre Kabila

Les autorités congolaises ont encore une fois dénoncé ce jeudi 11 avril un nouveau complot contre le président Kabila et

Sénégal : Un ancien Directeur général de société sous le régime de Wade bénéfice d’une liberté provisoire

[GARD align= »center »] Ndongo Diaw, ancien directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), a bénéficié, mardi

Mali: au moins 10 morts dans une attaque contre l’armée

[GARD align= »center »] Au moins dix militaires maliens ont été tués tôt dimanche matin au cours d’une attaque contre la base

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Anatole Guy Kossouoh
    Anatole Guy Kossouoh 16 juin, 2016, 14:04

    Faure Gnassingbé et les deux mandats présidentiels: «Si on peut appliquer la même règle partout ?…»

    La dynastie Togolaise .
    C’est mourir de rire, quand les héritiers de la dynastie Togolaise commencent par réfléchir à l’alternance. Tenez – vous bien , il propose un cycle de deux mandats , de combien de temps? on n’en sait rien. Ce n’est pas précisé . C’est une stratégie de diversion, de le diplomatie dirait l’autre. Après avoir passé un demi – siècle rien qu’à eux deux , Grand- papa , le fiston , et bientôt le petit rejeton dont le règne est en préparation . Avec comme inventaire, le cortège macabres, dont il serait bon de passer sous silence pour le moment, pour ne pas aggraver la situation sur place .  » Pour le moment, c’est Le mutisme total  » Rien à dire pour l’instant . Ca se passe comme ça au pays des Gnassingbé .
    A ce propos, je dirai , à quoi sert la CEDEAO .
    L’organisation que vous connaissez tous , devrait miser depuis sa création sur les conditions de la qualité politique des d’adhérents, et non sur le nombre. Car à présent en son sein , c’est une Pétaudière de dictateurs qui se font la course à la longévité au pouvoir, et le nombre de milliards par année conquit . Le nombre de propriétés , en Europe et dans le monde . On devrait réfléchir , Chers amis Compatriotes Africains.
    Nous avions assisté au départ des règnes à vie , la manipulation de la constitution n’était pas encore à la mode , après ça , le règne des Empereurs, il faut préciser que sous silence, opéraient déjà en douce, les inventeurs des dynasties, et survient le règne de la manipulation de la constitution.
    Avant cela on à connu La Prestidigitation . A vrai dire , ce n’est pas une spécialité Africaine , c’est la politique dite (France – Africaine) qui l’a enfanté, pour maintenir à pérennité au pouvoir, celui qu’il veulent maintenir à la tête du pouvoir. Leur choix, en quelque sorte. Très vite, les dictateurs Africains l’ont adopté. Cette technique permet au prestidigitateur, de gagner toutes les élections avec un score écrasants ,même si son bilan est nul, et la volonté du peuple contraire. De plus, il peut tuer tous les opposants sans justifier son geste. Se maintenir toujours au pouvoir, dès l’ors qu’il favorise l’exploitation dans la même condition
    traitée avec le colon .
    Vous avez vu, la politique en Afrique , est un Mystère géant.

    Anatole Guy Kossouoh.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*