Faure Gnassingbé à Paris : Sécurité, politique et coopération économique au centre des échanges avec François Hollande

Faure Gnassingbé à Paris : Sécurité, politique et coopération économique au centre des échanges avec François Hollande
François Hollande et Faure Gnassingbé

François Hollande et Faure Gnassingbé

Le président togolais Faure Gnassingbé a été reçu ce vendredi à l’Elysée par son homologue français François Hollande. C’est une rencontre de 45 minutes qui a permis aux deux présidents de faire le point de la coopération entre le Togo et la France depuis 50 ans et d’évoquer les grands axes de l’aide publique au développement. Egalement au centre de l’entretien, des questions de politique étrangère. François et Faure parlant de la situation en Syrie, ont salué les progrès encourageants enregistrés dans le  règlement de la crise, notamment la collaboration des autorités de Damas dans le cadre du processus de  démantèlement sous contrôle international de ses armes chimiques. Ils ont cependant déploré la crise humanitaire avec un nombre croissant de réfugiés. D’où l’urgence d’organiser la conférence de paix de Genève II afin de parvenir à une solution pacifique.

Toujours sur la question de la sécurité, les deux chefs d’Etat ont abordé la sécurité en Afrique de l’ouest notamment la crise au Mali. « Quelques mots pour dire que j’ai accueilli le Président du Togo. Nous avons évoqué les questions de sécurité en Afrique de l’Ouest. Nous aurons l’occasion d’y revenir lors du Sommet qui sera organisé, au mois de décembre, entre la France, l’Europe et l’ensemble des pays africains. Là-dessus, je sais le rôle que joue le Togo, l’appui qui a été donné à l’action internationale que nous avons engagée au Mali. Il y a des forces togolaises qui sont présentes dans le cadre de la MINUSMA » a déclaré François Hollande à la fin de l’audience. « … Nous en avons parlé avec le Président, c’est l’insécurité qui reste un problème. Un problème, pas simplement pour les Français qui peuvent résider dans une partie du continent, sur les sites qui sont les plus exposés ; c’est aussi un problème pour les Africains face à des groupes qui se livrent à des actions terroristes », a ajouté le président français.

Il n’y avait pas que la sécurité au cœur de l’entretien. François Hollande et Faure Gnassingbé ont parlé de la coopération économique entre la France et le Togo.   La coopération économique entrela France et le Togo a été renforcée ces dernières heures, notamment par rapport au port de Lomé. « L’Agence française de développement joue tout son rôle ; les entreprises françaises répondent à des appels d’offre qui peuvent leur être lancés, en sachant que l’économie togolaise est dynamique mais, qu’en même temps, ses ressources restent limitées », a précisé François Hollande.

Le président togolais Faure GNASSINGBE pour sa part a d’abord rendu hommage à la France et au Président HOLLANDE pour son engagement aux côtés de l’Afrique. Son engagement qui a permis de sauvé le Mali, mais qui va au-delà. Je l’ai félicité pour la Conférence qu’il a convoquée au mois de décembre pour la Paix et la Sécurité, parce que nous devons tirer toutes les leçons de ce qui s’est passé au Mali.

« Si nous étions tentés de l’oublier, la situation en RCA vient nous rappeler que cela peut se reproduire demain, partout dans d’autres pays. Il est important que, si cette fois-ci la France est accourue à notre aide, demain le continent africain puisse se doter des moyens et des capacités militaires qui lui permettent de répondre à ces défis-là. L’Afrique doit prendre toute sa place dans la lutte contre le terrorisme international. J’ai également remercié, et je me suis félicité de la collaboration qu’il y a entre la France et le Togo, au Conseil de sécurité des Nations-Unies. Nous avons eu des convergences de points de vue sur pratiquement toutes les questions depuis le Mali, la question de la Syrie et la question de la RCA » a dit le président togolais au sortir de l’audience.

Faure Gnassingbé a souhaité que  François Hollande fasse l’avocat de la RCA, de se faire l’avocat de l’Afrique, de façon à ce que ce pays ne tombe pas dans l’oubli. « J’ai dit qu’à mon avis, si la France ne prend pas le leadership, ne mobilise pas la communauté internationale, nous risquons d’avoir un sanctuaire pour les terroristes en RCA. Et cela nous ne pouvons pas l’accepter. Bien sûr, la France le fera en collaboration avec les pays de la CEAAC, qui est une organisation régionale et qui a également des forces dans ce pays », a précisé M. Gnassingbé qui dit avoir assuré le président français qu’au Togo, des efforts seront fait pour le dialogue politique et pour le renforcement de la démocratie. Précisément sur ce point, François Hollande a été clair. « Je porte un grand prix à la démocratie, aux élections en Afrique – quels que soient, d’ailleurs, les pays – et combien il est important qu’il y ait – c’était le cas d’ailleurs au Togo – des élections qui soient pluralistes et qui permettent ensuite la réconciliation et le travail en commun ».

Arrivé en France depuis mercredi, Faure Gnassingbé était en Bretagne jeudi où il était dans les chantiers de Lorient, pour la livraison de patrouilleurs ; la sécurité maritime lui a aussi été exposée. La Bretagne est une région dynamique qui, même si elle connait des difficultés, a aussi des commandes et peut avoir un avenir.

A l’occasion, le président français a abordé la question de l’enlèvement du prêtre dans le Nord du Cameroun. Il a d’ailleurs eu un entretien avec Paul Bya et a indiqué que la réussite de l’opération serval au Mali ne marque pas la fin de la lutte contre le terrorisme. Il annonce que des résolutions seront prises par le Conseil de sécurité de l’ONU pour qu’il n’y ait rien qui puisse créer une situation ou des religions puissent s’affronter les unes les autres.

Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
franceTogo

Related Articles

Kogelo, le village des origines kényanes d’Obama prêt pour une longue nuit

Une route principale goudronnée, l’électricité, l’eau courante… En quatre ans, Kogelo, le village des origines kényanes de Barack Obama, a

Burundi: arrestation d’un opposant à un 3e mandat de Nkurunziza

Une figure de la société civile burundaise, le défenseur des droits de l’Homme Pierre-Claver Mbonimpa, qui a appelé à manifester

Crise en Egypte: les médiations étrangères pour sortir le pays de la crise ont échoué (présidence)

Les émissaires internationaux qui tentent en Egypte une médiation pour éviter un affrontement entre les forces de l’ordre et les

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*