Finances : Le Zimbabwe « fait des progrès » selon le FMI

Finances : Le Zimbabwe « fait des progrès » selon le FMI
Image d’archives | Zimbabwe les pièces de monnaie| Reuters

Image d’archives | Zimbabwe les pièces de monnaie| Reuters

Mercredi, le Fonds monétaire international (FMI), a indiqué que le Zimbabwe était sur la bonne voie vers la normalisation de ses relations avec ses créanciers, malgré des perspectives économiques qui restent difficiles pour le pays.

Dans le cadre du Staff Monitored Programme (SMP) conclu en octobre 2014, le FMI a mis en œuvre, avec les autorités zimbabwéennes, des réformes structurelles pour renforcer la situation budgétaire du pays, condition indispensable pour résoudre le problème de la dette extérieure. Avec ce programme de 15 mois, l’institution de Bretton Woods vise à restaurer la confiance dans le secteur financier afin de mobiliser un soutien international pour aider l’économie du Zimbabwe, fragilisée depuis des décennies, à se rétablir.

Le représentant du FMI au Zimbabwe, Christian Beddies, a déclaré à une conférence de presse mercredi que « lors de la première évaluation, le Zimbabwe a rempli tous les objectifs fixés » par le programme SMP. Il s’est félicité des progrès de l’Etat zimbabwéen dans la mise en œuvre des programmes de réformes macroéconomiques et structurelles en particulier en ce qui concerne la clarification de la politique d’indigénisation afin de restaurer la confiance des investisseurs. « Ces objectifs ont été réalisés dans des conditions économiques difficiles mais le pays reste sur la bonne voie » a t-il ajouté. La semaine prochaine, du 31 août au 11 septembre, une délégation du FMI est attendue au Zimbabwe pour effectuer une seconde évaluation sur les progrès réalisés jusqu’à présent dans le cadre du SMP. L’équipe évaluera également les conditions macro-économiques et reverra ses prévisions de croissance pour 2015. En effet, lors de la première évaluation en avril dernier, le FMI avait prévu un taux de croissance économique à 2,8 % en 2015 pour le Zimbabwe, mais le ministre des Finances Patrick Chinamasa a rabaissé cette prévision à 1,5 % le mois dernier.

Des risques subsistent cependant

« Même avec cette révision à 1,5 %, il existe toujours des risques à ne pas réaliser cette projection, selon ce qui se passera d’ici à la fin de l’année », a déclaré Christian Beddies.

Le Zimbabwe se bat depuis cinq ans pour se relever d’une récession catastrophique qui s’est traduit par une hyperinflation et des pénuries alimentaires généralisées.

Selon un rapport du groupe des Etats de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), publié en juin, 1,5 millions de Zimbabwéens auront besoin d’une aide alimentaire en janvier prochain pour compenser la chute de la production agricole. Le chiffre est trois fois plus élevé que celui de l’année dernière, en raison d’une mauvaise récolte de l’aliment de base, le maïs. Les pluies irrégulières, la sévère sécheresse et les températures anormalement élevées ont eu raison des récoltes. Le Zimbabwe aura besoin d’importer 700 000 tonnes de maïs pour pallier la baisse de 49% de sa production. Pour Christian Beddies « la saison agricole n’a pas été aussi bonne que l’avait espéré le gouvernement ». De plus l’éventualité d’une nouvelle baisse des cours des matières premières, risque d’impacter fortement le secteur minier du pays. D’autres risques comme la récession de l’économie de l’Afrique du Sud, principal partenaire commercial, doivent également être pris en compte. L’industrie minière, l’agriculture mais aussi la politique interne pour l’entreprenariat seront autant de domaines sur lesquelles le Zimbabwe doit travailler pour s’assurer une croissance durable. « Ce sont des réformes auxquelles le gouvernement cherche à s’attaquer, mais cela prendra évidemment un certain temps », a déclaré Beddies, optimiste.

Marie-Hélène Sylva

© OEIL D’AFRIQUE

 

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
économiefinanceFMIzimbabwe

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

RDC : vers un arrêt des transactions en dollar?

Suite à un rappel à l’ordre de la Réserve fédérale américaine, les banques européennes ont procédé à l’arrêt des transactions

L’Angola veut attirer les entreprises européennes touchées par la crise

Le gouvernement angolais espère attirer les entreprises ayant perdu leurs marchés en Europe en raison de la crise financière mais

Zimbabwe : Robert Mugabe sans pitié pour le reste des fermiers blancs

[GARD align= »center »] Le président Robert Mugabe est sans sympathie avec les derniers fermiers blancs qui vivent encore au Zimbabwe.  Dans

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*