Le footballeur Yaya Touré s’engage pour la survie des éléphants

Le footballeur Yaya Touré s’engage pour la survie des éléphants
Yaya Touré

Le footballeur ivoirien Yaya Touré nommé Ambassadeur du PNUE pour la lutte contre le commerce de l’ivoire

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a annoncé mardi dans un communiqué la nomination du célèbre joueur de football ivoirien, Yaya Touré, comme Ambassadeur de bonne volonté du PNUE pour la lutte contre le commerce illégal de l’ivoire, à l’origine du massacre de milliers d’éléphants en Afrique chaque année.

Le milieu de terrain ivoirien de Manchester City (Premier League anglaise) rejoint le cercle des autres ambassadeurs de bonne volonté du PNUE, formé de la mannequin brésilienne Gisele Bündchen, de l’acteur américain Don Cheadle, de l’actrice chinoise Li Bingbing, du photographe français Yann Arthus-Bertrand et de l’économiste indien Pavan Sukhdev.

« L’équipe nationale de la Côte d’Ivoire est connue sous le nom des Eléphants, ces magnifiques créatures pleines de puissance et de grâce. Pourtant, dans mon pays, il en reste moins de 800« , a noté M. Touré, cité par le communiqué. « Le braconnage menace l’existence de l’éléphant d’Afrique et si nous n’agissons pas maintenant, nous pourrions bien voir disparaître cette espèce emblématique. »

« C’est un honneur pour nous que M. Touré ait accepté de devenir Ambassadeur de bonne volonté », s’est félicité le directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner. « Son engagement personnel en faveur de des modes de vie respectueux de l’environnement et sa renommée internationale font de lui un formidable porte-parole pour encourager à l’action et sensibiliser à des défis environnementaux et aux solutions à ces défis ».

L’ONU estime à plus de 17.000, le nombre d’éléphants tués illégalement dans des zones protégées rien qu’en 2011, soit trois fois plus qu’en 1998. Les chiffres à l’échelle mondiale pourraient être beaucoup plus élevés. L’ampleur des massacres dépasse actuellement de loin les taux de croissance naturelle de la population, mettant les éléphants en danger d’extinction, en particulier en Afrique centrale et occidentale. Des populations auparavant en sécurité, comme celles de l’Afrique de l’Est, sont également menacées.


Tags assigned to this article:
PNUEYaya Touré

Related Articles

Électricité: l’Afrique veut sa part de lumière

Cuisiner, étudier ou accoucher dans la pénombre, faute d’électricité. Face à cette réalité quotidienne qui concerne deux Africains sur trois,

Au moins 29 tués dans un immeuble effondré à Dar es Salaam

Vingt-neuf corps ont été extraits des décombres d’un immeuble qui s’est effondré vendredi matin à Dar es Salaam, la capitale

A Brazzaville, les jeunes souhaitent que les Chinois emploient des Congolais

« Les Chinois devraient recruter en priorité des Congolais ». Edgar, l’un des nombreux jeunes sans emploi de Brazzaville, voudrait bien que

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*