Front anti-CFA, Kemi Seba au Burkina pour sensibiliser la jeunesse africaine avant la « résistance civique »

[GARD align= »center »]

, Kemi Seba, en conférence publique ce samedi 20 mai 2017 à Ouagadougou.

Kemi Seba, en conférence publique ce samedi 20 mai 2017 à Ouagadougou.

Le principal porte-parole du Front anti-CFA, Kemi Seba, a animé une conférence publique ce samedi 20 mai 2017 à Ouagadougou, où partira « la reconquête du souverainisme africain ». Partant du principe qu’aucun peuple ne peut décider de sa destinée tant qu’il ne maîtrise pas son économie, Kemi Seba passe d’abord par la case sensibilisation de la jeunesse africaine avant celle de la « résistance civique » contre les chefs d’Etats qui ne s’activeront pas pour une sortie du F CFA. 

Pendant près de 3 heures, Kemi Seba a entretenu son auditoire composé à majorité constitué d’étudiants comme Serge Bayala du mouvement 2 heures pour nous, 2 heures pour l’Afrique et de leaders d’OSC dont Hervé Ouattara, Marcel Tankoano, Safiatou Lopez.

Il est venu parler du F CFA, l’un des derniers vestiges du colonialisme comme il le définit et qui n’a que trop duré. Cette durée, il la lie à la peur de l’inconnu derrière lequel se retranchent les dirigeants des pays de la zone franc. Or, « aucun peuple ne peut décider de sa destinée tant qu’il ne maîtrise pas son économie », assène le porte-parole du Front. Il déplore que l’économie des deux régions (CEDEAO et CEMAC) soit régulée par l’autorité française.

C’est convaincu que la meilleure façon de faire bouger les lignes, c’est d’impliquer les populations concernées, que les leaders de la lutte ont décidé de sortir des thématiques jugées « élitistes »  pour les mettre dans la rue, auprès du peuple de telle sorte que chacun puisse se les approprier.

Pour l’heure, c’est une lutte de sensibilisation, mobilisation, mais aussi de dialogue avec les autorités. La position des présidents Idris Déby Itno et Roch Kaboré, qui ont eu le « courage de se prononcer »  sur le sujet explique la visite dans ces deux pays, a expliqué Kemi Seba.

Pour lire la suite : ICI
Titre: Oeil d’Afrique

 


Tags assigned to this article:
Burkina FasoFront Anti-CFAKemi Seba

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Le temps joue en défaveur du Burkina Faso, affirme le président de l’UA

  [GARD align= »center »] Le temps joue en défaveur du Burkina Faso, a déclaré le président de l’Union africaine (UA), le

Alerte info: Le premier ministre burkinabè aurait démissionné

L’histoire de la transition Burkinabé après l’éviction de Blaise Compaoré il y a à peine dix mois connaît un autre

Burkina: 4.000 morts du paludisme dont 3.000 enfants en 2016

[GARD align= »center »] Le paludisme a tué, l’an dernier, 4.000 personnes dont 3.000 enfants au Burkina et est la « première cause

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*