Frontière ivoiro-malienne : Des militaires maliens ouvrent le feu sur un détachement de l’armée ivoirienne

[GARD align= »center »]

Des soldats maliens accompagnés de militaires français patrouillent le 3 juin 2015 dans la région de Tombouctou|AFP

Des soldats maliens accompagnés de militaires français patrouillent le 3 juin 2015 dans la région de Tombouctou|AFP

Des militaires maliens ont ouvert mardi le feu sur un détachement des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, armée) dépêchés à la frontière avec le Mali pour le rapatriement de trois des leurs retenus par l’armée malienne depuis dimanche, selon une source sécuritaire.

Lors de l’interpellation, un élément de l’armée ivoirienne a été blessé à la suite de tirs libérés par des militaires maliens, qui accusent leurs confrères d’avoir outrepassé la ligne tampon entre les deux pays.

L’incident est survenu à Ouelli, une localité située à environ 150 Km d’Odienné (nord-ouest ivoirien) et à 25 Km de la ville malienne de Fakola, où deux soldats et le policier ivoiriens ont été retenus par des militaires maliens.

Dimanche soir, deux soldats et un policier ivoiriens ont été appréhendés par des militaires maliens à Ouelli, une bourgade située à quelque 150 km d’Odienné.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
arméecote d'ivoirefrontièremali

[fbcomments]

Related Articles

Ouattara à l’opposition: «Si ça continue, j’organise les élections»

 [GARD align= »center »] Intervenant en début de semaine dans le département de Iffou et à Daoukro où il effectue une visite

CPI-Blé Goudé à la cour : ‘’la procureur me poursuit à tort (…) je ne suis pas un criminel »

[GARD align= »center »] Charles Blé Goudé s’est exprimé en personne jeudi soir à la Haye, au dernier jour de l’audience de

Côté d’Ivoire: Laurent Gbagbo sera jugé par la CPI pour crimes contre l’humanité

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo sera bel et bien jugé par la Cour pénale internationale qui a annoncé jeudi avoir décidé de juger l’ancien homme fort de la Côte d’ivoire pour des crimes contre l’humanité présumés commis lors des violences ayant déchiré le pays en 2010 et 2011.

1 commentaire

Espace commentaire
  1. matala
    matala 4 mai, 2016, 11:43

    ils ont intérêt à traquer les djihadistes,que de faire la guerre entre eux

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*