Gabon : Deux hommes se sont dit oui dans un mariage traditionnel

Gabon : Deux hommes se sont dit oui dans un mariage traditionnel

 [wp_ad_camp_3]

Mariage Gay au Gabon

Illustration. © bbc.co.uk

Dans leur envie de voir leurs relations être reconnues par l’Etat gabonais, les homosexuels au pays d’Ali Bongo commencent par contourner la loi relative au mariage en République gabonaise. Jusqu’à ce jour, le Gabon n’a jamais ratifié la convention qui légalise le mariage homosexuel. D’ailleurs, Ida Reteno Assonouet, le ministre gabonais de la Justice avait indiqué le 8 juillet 2013 devant la Commission des lois, des Affaires administratives et des droits de l’homme de l’Assemblée nationale qu’« il est inadmissible que l’on puisse ratifier un texte qui légalise le mariage entre deux hommes, car c’est une abomination qui ne rentre pas dans les mœurs de notre société ».

Mais les homosexuels gabonais se veulent malins et se tournent vers le mariage traditionnel qui est pour l’heure reconnu. Ainsi, le 29 décembre dernier aura été l’un des plus marquantes pour les populations du quartier PK8, dans la banlieue de Libreville où deux hommes ont célébré le premier mariage coutumier gay. La cérémonie avait été organisée nuitamment et dans la plus grande intimité pour éviter d’attirer l’attention, dans un pays où l’homosexualité apparaît encore comme une « abomination ». Pour les témoins, l’homme dont on a demandé la main serait homosexuel depuis plus d’une décennie. Comme dans tout mariage coutumier, une cérémonie faste aurait été organisée à son domicile et selon la tradition, des pourparlers ont été engagés entre les deux familles. La famille de l’homme-femme a fini par accepter la dot donnant ainsi son quitus à l’union. La dot est composée de pagnes, marmites en aluminium, bouteilles de liqueur, vins de marque, etc. et une importante somme d’argent selon le confrère gabonais Jonas Moulenda.

[wp_ad_camp_2] 

Mais comme ont peut s’y attendre, l’homme qui devenu « la mariée » a rencontré des oppositions de plusieurs membres de sa famille. Ses frères et sœurs et d’autres membres encore jugent son choix immoral et contre-nature. Ce marié gay qui n’aurait pas d’emploi, serait propriétaire de plusieurs maisons, actuellement en location à Libreville et a réussi de toutes les façons à mettre quelques membres de la famille de son côté grâce aux espèces sonnantes et trébuchantes. Vu la tendance actuellement à Libreville, on ne sera pas surpris de voir d’autres gays imité ce qui vient de se passer.

Didier Assogba
Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
gabon

Related Articles

Bilan sur les enfants de la rue d’Afrique du Nord

En Afrique du Nord, l’Unicef recense plus de 100 000 enfants des rues âgés de 9 à 18 ans, dont

Enfants des rues à Kinshasa: l’incroyable histoire de « Petit Leader »

[GARD align= »center »] A Kinshasa, la rue leur appartient. Chaque jour, dans la capitale congolaise, grouillent des enfants désœuvrés. Zoom sur

Deux Congolaises hospitalisées en soins intensifs pour avoir consommé de la soude caustique à la place de sel de cuisine

Deux Congolaises ont été admises, le week-end dernier, au centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU). Elles auraient consommé des

4c ommentaires

Espace commentaire
  1. ATA
    ATA 6 janvier, 2014, 14:52

    je me demande ce qu’il va faire avec les pagnes.

    Répondre à ce commentaire
  2. Roniland
    Roniland 7 mai, 2014, 12:17

    Je n’ai rien contre les homosexuels, mais personnellement je n’arrive toujours pas à m’expliquer comment un homme peut avoir de l’attirance pour un autre homme. Dans tous les cas chacun fait ce qu’il veut de sa vie.

    Répondre à ce commentaire
  3. Richard
    Richard 9 mai, 2014, 10:45

    Je suis vraiment atterré des arguments homophobes utilisés dans les commentaires des lecteurs: la culture, la nature, la religion…. Que ça plaise ou pas, il existe partout sur cette terre des homo y compris dans tous les pays d’Afrique. Ce n’est pas un choix de l’être car la sexualité ne se choisit pas mais c’est encore plus un drame en Afrique tellement la pression sociale et politique est négative. Ils se cachent pour échapper parfois à la mort ou parfois qui se marient avec des femmes pour feindre d’être intégrés socialement société. Mais voilà pendant que les bons penseurs qu’on s’occupent de critiquer les homos, on en oublierait les vrais sujets de société et d’exploitation. Du pain béni pour les hommes politiques et religieux de tout poil !

    Répondre à ce commentaire
  4. Sanislas Mamadou Dangabo
    Sanislas Mamadou Dangabo 9 mai, 2014, 23:27

    Ou est la morale dans tout ça,en quoi sommes-nous différents des animaux? La réponse peut nous rappeler à l’ordre,toutes les sociétés humaines se caractérisent par des tabous qui nous empechent de glisser lentement vers l’inhumain qui n’est rien autre que de la betialité,si nous continuons avec ce penchant,dans bientot l’inceste sera une règle,voir les humains se marier avec les animaux,pour quoi pas se marié avec sa propre mère ou père,c’est tout simplement de la décadence,dépravation des moeurs,l’etre humain court droit à sa perte.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse.

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*