Gabon: les conclusions du dialogue national remises au président Ali Bongo

Le président gabonais Ali Bongo et son épouse lors du dialogue politique, le 28 mars 2017, au palais présidentiel, à Libreville. © AFP/Steve Jordan

Le président gabonais Ali Bongo et son épouse lors du dialogue politique, le 28 mars 2017, au palais présidentiel, à Libreville. © AFP/Steve Jordan

[GARD align= »center »]

Le rideau est tombé sur le dialogue national convoqué par le président gabonais. Les participants ont remis le rapport général, vendredi 26 mars, à Ali Bongo. Les conclusions des deux mois de discussions ne remettent pas en cause les équilibres actuels. Les recommandations portent sur la non limitation des mandats de tous les élus, y compris le chef de l’Etat. On ne touche pas non plus au septennat.

L’ambiance était très détendue au palais présidentiel. Ali Bongo a convié son épouse, Sylvia, pour réceptionner le rapport du dialogue qui lui garantit un nombre illimité de mandats présidentiels, d’une durée de sept ans chacun.

Joint par RFI, Pierre Claver Maganga Moussavou, co-président de l’opposition, explique pourquoi le dialogue n’a pas décidé de limiter le nombre de mandats présidentiels.

« Chacun de nous peut vouloir rester éternellement quelque part, si le peuple vous accorde de rester plus longtemps. Libre à lui de le faire ! », a-t-il souligné, alors que son collègue de l’opposition, René Ndemezo’o Obiang, est plutôt contrarié :

« Nous sommes toujours satisfaits, mais nous sommes aussi toujours satisfaits à moitié. On veut toujours faire plus mais, comme on le dit, Paris ne s’est pas construite en un jour », a-t-il spécifié, à son tour.

Naturellement satisfait, Ali Bongo a été ferme contre Jean Ping et ses partisans qui ont boycotté le dialogue. « Ils ont préféré la politique de la chaise vide. La chaise vide, ça ne paie pas », a déclaré le président du Gabon.

Et d’ajouter : « Faut-il que, pour une ou deux personnes, nous ne tenions pas compte de ce que la majorité a décidé ? Ce serait donc insulter toutes ces associations, insulter la majorité des partis politiques qui sont, eux, venus », a-t-il expliqué.

Il n’y aura pas de référendum. Un simple vote des parlementaires, tous actuellement acquis au pouvoir, transformera ces recommandations en lois de la République.

Par RFI


Tags assigned to this article:
ali bongodialoguegabon

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Nigeria: Boko Haram a encore frappé dans la ville de Mubi avec une explosion faisant plus de 40 morts

[GARD align= »center »] Un responsable de la police nigériane a annoncé dimanche que plus de quarante personnes ont été tuées dans

Le Burkina saura le 30 octobre si Compaoré peut être candidat en 2015

[GARD align= »center »] Le Burkina Faso saura dans une semaine si son président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans, peut

L’étoile de l’économie sud-africaine commence à pâlir

L’étoile de l’Afrique du Sud a brusquement pâli: inertie gouvernementale, services défaillants et troubles sociaux forment un cocktail délétère qui

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*