Gabon: l’interdiction de sortie du territoire de leaders de l’opposition levée

L'opposant gabonais Jean Ping (c) dans une rue de Libreville, | STEVE JORDAN

L’opposant gabonais Jean Ping (c) dans une rue de Libreville, | STEVE JORDAN

Le principal opposant gabonais Jean Ping et plusieurs leaders de l’opposition, interdits le 3 septembre de sortie du territoire, ont de nouveau le droit de voyager, a annoncé le ministère gabonais de l’Intérieur.

La mesure a été levée vendredi soir car « l’ordre public et la sécurité intérieure (ne sont) plus menacés », selon un communiqué du ministère publié sur les réseaux sociaux vendredi en fin de soirée.

Cette interdiction, qui touchait Jean Ping et « des responsables des partis politiques et associations appartenant à la Coalition pour la Nouvelle République (CNR) », avait été prise après les propos de Jean Ping, le 18 août, qui avait « appelé ses partisans à l’insurrection et à la rébellion », selon le texte.

« Le gouvernement garant de l’ordre public, de la sécurité des biens et des personnes, avait annoncé et rendu exécutoires, des mesures de police administratives provisoires, dont l’interdiction de sortie du territoire » des personnes pré-citées, ajoute le communiqué.

Lundi, une marche non autorisée d’environ 300 militants pro-Ping a été dispersée à Libreville, entrainant l’arrestation de 36 personnes, dont 16 ont d’ores et déjà été écrouées pour trouble à l’ordre public, selon le procureur de la République, Steeve Ndong Essame Ndong.

M. Ping conteste toujours la réélection d’Ali Bongo Ondimba à la présidence, plus d’un an après l’élection du 27 août 2016.

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
gabonoppositionpolitique

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

RDC: la Monusco utilisera « tous les moyens » contre les exactions

La mission des Nations unies au Congo (Monusco) n’accepte pas « les attaques contre les populations » et utilisera « tous les moyens

Diplomatie: 12 ans après l’«Angolagate», Dos Santos à Paris le 29 avril prochain

[GARD align= »center »] Le chef d’Etat angolais, José Eduardo Dos Santos entamera une visite officielle à Paris à partir du 29

Tanzanie-Rwanda: le torchon brûle entre les deux présidents

Les relations entre la Tanzanie et le Rwanda, tendues depuis le mois de mai, se sont encore détériorées, avec la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*