Gabon: tensions policières et ferveur partisane au retour de Ping

[GARD align= »center »]

Jean Ping

Jean Ping, à Libreville. (AFP)

Le retour au Gabon de Jean Ping, le rival du président Ali Bongo Ondimba, a suscité des tensions et de la ferveur mardi à Libreville où la police a d’abord dispersé les sympathisants de l’opposant qui ont ensuite marché avec leur leader dans les rues de la capitale, a constaté l’AFP.

Vêtus de jaune, des pro-Ping se sont rendus vers l’aéroport Léon-Mba pour accueillir M. Ping, de retour d’une tournée à l’étranger à bord d’un vol en provenance de Paris qui s’est posé peu avant 17h00 (16h00 GMT).

Ils ont été bloqués sur la route à environ un kilomètre de l’aéroport par une forte présence de policiers, certains armés et encagoulés, selon l’AFP qui a entendu deux détonations de tirs de gaz lacrymogène.

Le ministère gabonais de l’Intérieur avait prévenu mardi matin n’avoir reçu « aucune demande relative à la manifestation projetée » pour le retour de M. Ping, contrairement à ce qu’avançait, d’après le ministère, un communiqué sur les réseaux sociaux.

« On ne comprend pas ce qui se passe. Pourquoi bloquent-ils la route? Ils bloquent des Gabonais », a fait mine de s’interroger Jean Ping depuis le rond-point devant l’aéroport devant le dispositif policier.

Au milieu de ses partisans de plus en plus nombreux, il a marché sur 500 m en direction de son QG au quartier des Charbonnages à environ trois kilomètres de l’aéroport Léon-Mba, avant de monter dans une voiture.

Les manifestants sont passés tout près de policiers encagoulés et armés qui sont restés stoïques, a observé un journaliste de l’AFP. « On a eu peur pendant 50 ans, si on a peur maintenant on en sortira jamais », a crié l’un d’eux entre deux chants.

Plusieurs milliers de personnes ont finalement convergé sans incident vers le QG où M. Ping devait prendre la parole en début de soirée.

L’opposant conteste depuis dix mois la réélection du président Bongo, qui a été confirmée le 23 septembre 2016 par la Cour constitutionnelle après le rejet d’un recours de M. Ping.

La première annonce de la réélection d’Ali Bongo le 31 août avait provoqué des violences sans précédent dans ce petit pays d’1,8 million d’habitants, avec l’assaut donné au QG de Jean Ping par les forces de sécurité en représailles notamment à l’incendie de l’Assemblée nationale.

M. Ping rentrait d’un déplacement à l’étranger où il a donné plusieurs entretiens à des journaux affirmant qu’il était le « président élu » et qu’Ali Bongo Ondimba allait quitter le pouvoir. « La chute est proche. Ali va partir. J’en fais le pari », a-t-il par exemple déclaré au journal français Libération le 17 juillet, sans autre précision.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
gabonpingtensions

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Burundi: les auteurs du putsch avorté promettent de chasser Nkurunziza

Un des généraux à l’origine du coup d’Etat avorté mi-mai au Burundi a affirmé sur une télévision kényane que les

Que de kényans sur le podium du premier marathon du Gabon

[wp_ad_camp_3] Le 1er marathon du Gabon a pris fin ce dimanche avec comme point de chute la Capitale Libreville. Ce

RDC: un sergent de l'armée kidnappé à Goma par trois policiers rwandais

Un sergent de l'armée de la République démocratique du Congo a été kidnappé dimanche à Goma, dans l'Est, par trois

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*