Gabon : des travailleurs envahissent l’Assemblée pour réclamer la satisfaction de leurs revendications

Gabon : des travailleurs envahissent l’Assemblée pour réclamer la satisfaction de leurs revendications

 [GARD align= »center »]

Les manifestants dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.|Ph Gabonreview

Les manifestants dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.|Ph Gabonreview

L’Assemblée nationale gabonaise a été envahie lundi par des centaines de membres de l’Alliance pour le Renouveau Syndical au Gabon (ARESGA), une organisation qui regroupe des syndicats de la Fonction publique gabonaise. Les fonctionnaires exigent la satisfaction de leurs revendications déposées sur la table du gouvernement depuis quelques semaines.

Selon Gabon Review, la marche des fonctionnaires gabonais sur l’Assemblée nationale a été empêchée, mais ils ont fait tomber une grille de la clôture de l’édifice et sont arrivés sous le perron de la «Maison du peuple».

La gendarmerie gabonaise avait rapidement posté ses hommes pour empêcher aux badauds de rejoindre les grévistes. Plusieurs autres camions bourrés de policiers et gendarmes accoutrés de l’attirail des grandes épreuves, mais aussi des chiens de la brigade canine, ont été déployés autour la Première chambre du Parlement. Une situation qui a bloqué durant une bonne partie de la journée de lundi le boulevard Triomphal Omar Bongo et tous les accès à l’Assemblée nationale.

Les manifestants sont restés devant  l’Assemblée nationale près de trois heures, à chanter scandant des slogans hostiles au gouvernement en signe de protestation.

Les négociations avec les forces de l’ordre et une rencontre avec le président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama a amené les manifestants à quitter les lieux pour se diriger vers l’école Martine Oulabou, lieu habituel de leurs rassemblements.

Les fonctionnaires ont remis au Président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama un document listant leurs revendication. Il lui est également demandé de donner l’ordre de libérer dans l’immédiat tous les étudiants enfermés arbitrairement. Les grévistes menacent de ne pas répondre à l’appel du président de la République le 17 novembre prochain si l’ordre du jour de la rencontre n’est pas clairement défini.

Nzouba Ndama a promis transmettre le document au gouvernement.  Les manifestants issus des Travailleurs Gabonais Vaillants (TGV) menacent de passer à la vitesse supérieure si rien n’est fait pour un début de solution à leurs revendications.

Les manifestants en majorité des fonctionnaires de l’Education nationale, de la Santé,  des transports terrestre et maritime, ainsi que des étudiants réclament la régularisation des situations administratives, la valorisation du Smig et du point d’indice, la valorisation de la pension retraite, le redéploiement des agents publics sans emplois, la révision des conventions collectives et du Code du travail et la réduction du coût de la vie, entre autres.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
gabon

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

RDC: inondations à Kinshasa après de fortes pluies

[GARD align= »center »] De nombreux quartiers de Kinshasa étaient inondés mardi matin à la suite d’une brusque montée des eaux provoquée

Rwanda : une réforme constitutionnelle pour un seul individu perd en « crédibilité », selon l’UE

La chef de la diplomatie européenne a reconnu vendredi le droit « légitime » d’un pays à modifier sa Constitution. Mais elle

RDC : suite aux violences meurtrières, la CENCO suspend sa participation au dialogue national

[GARD align= »center »] Au lendemain des violences à Kinshasa qui ont fait 17 morts, le dialogue politique risque de connaître un

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*