Gabon: une pirogue de clandestins chavire au large de Libreville, au moins 30 morts

Gabon: une pirogue de clandestins chavire au large de Libreville, au moins 30 morts

Au Gabon, une pirogue de clandestins a chaviré au large de Libreville, faisant au moins 30 morts, a-t-on appris jeudi. Le drame a eu lieu près du Cap Esterias à 40 km au nord de la capitale gabonaise.

Les corps jonchaient la côte sur plusieurs centaines de mètres et leur pirogue était encore visible dans l’eau, ont constaté les journalistes , qui ont dénombré 30 corps. Selon un gendarme sur place, la pirogue transportait 65 personnes et a chaviré pendant de fortes intempéries dans la nuit de mercredi à jeudi.

Il y a au moins huit survivants originaires du Togo, du Bénin et du Burkina Faso mais d’autres immigrés ont pu se cacher dans la forêt après l’accident, selon ce gendarme.

Selon une Béninoise survivante, citée par le gendarme mais que l’AFP n’a pu rencontrer, les passagers de la pirogue étaient des immigrés clandestins qui voulaient se rendre à Libreville et étaient partis du Nigeria.

Pays producteur de pétrole au niveau de vie élevé, le Gabon, petit pays de 1,5 millions d’habitants, attire beaucoup de main d’oeuvre étrangère souvent non qualifiée. Une grande part de cette population vit dans la clandestinité.

Ils gagnent le Gabon par la route en passant par le Cameroun mais aussi souvent par la mer en partant du Nigeria ou du Bénin pour rallier Libreville..

Les pirogues les transportant sont souvent surchargées. En juillet 2008, un drame similaire avait fait une vingtaine de morts sur le front de mer de la capitale gabonaise.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
gabon

Related Articles

RD Congo: le M23 affirme avoir tué 9 militaires congolais dans l’est jeudi

Les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) ont affirmé vendredi avoir tué neuf militaires de l’armée congolaise lors des

Crise postélectorale en Côte d’ivoire: Ouattara reconnaît les crimes de sang perpétrés par son camp

[GARD align= »center »] La crise postélectorale en Côte de novembre 2010 à avril 2011 a été l’une des plus meurtrières en

Ghana : Des compteurs électriques prépayés dans les résidences officielles des ministres

Plus rien ne sera comme avant au Ghana. Face aux enjeux de la nouvelle augmentation du cout de l’électricité, le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*