RDC: l’ex-patron de l’armée, Gabriel Amisi accusé de trafic d’armes « blanchi »

RDC: l’ex-patron de l’armée, Gabriel Amisi accusé de trafic d’armes « blanchi »
Amisi Kumba Gabrie / Gabriel Amisi

Le général Gabriel Amisi ex chef d’Etat major de l’armée de terre en RDC | Archives

Le général Gabriel Amisi, ex-chef d’état-major de l’armée de terre en République démocratique du Congo, a été « blanchi » d’accusations de trafic d’armes à destination de braconniers et de groupes armés dans l’Est, a annoncé le Conseil supérieur de la défense.

« Après examen des éléments supplémentaires apportés par la commission d’enquête (…) et faute d’autres preuves probantes exigées », le Conseil a « approuvé » le rapport de la commission ayant « blanchi l’intéressé« , indique le compte-rendu d’une réunion du Conseil qui s’est tenue mercredi.

Le 15 novembre 2012, un groupe d’experts de l’ONU avait publié un rapport dans lequel il expliquait que le général Gabriel Amisi, surnommé « Tango Fort », « contrôlait un réseau de distribution de munitions de chasse à destination de braconniers et de groupes armés ».

« La police congolaise et les autorités locales ont informé le groupe (d’experts) que, en juillet 2012, le général Gabriel Amisi a envoyé un camion de l’armée fournir environ 300 fusils AK-47 à des membres de la milice Nyatura« , accusée de graves exactions contre des civils, ajoute le rapport.

Des proches du général sont aussi mis en cause dans le trafic de munitions, de même que d’autres haut gradés.

« Les forces armées congolaises continuent d’être gangrenées par des réseaux criminels qui permettent aux officiers supérieurs de s’enrichir à travers leur emprise sur les ressources naturelles et la contrebande, notamment le trafic d’ivoire mené par les groupes armés« , avait conclu le rapport.

Le 22 novembre 2012, le président Joseph Kabila a suspendu le général Gabriel Amisi et ordonné une « enquête approfondie » sur « les responsabilités dans ce trafic illégal et criminel », avait dit à l’époque Lambert Mende, porte-parole du gouvernement.

Depuis la suspension – intervenue alors que Goma, capitale du Nord-Kivu (Est), était aux mains de la rébellion M23 – le général François Olenga assurait le rôle de chef d’état-major de l’armée de terre. Le compte-rendu ne précise pas si le général Gabriel Amisi reprendra ce poste.

Ses fonctions militaires suspendues, « Tango Fort » présidait l’Association Sportive Vita Club (AS V Club), un club de football très populaire à Kinshasa.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Gabriel AmisiRDC

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Centrafrique : Echanges de tirs entre ex-Séléka et les forces françaises

[GARD align= »center »] On a noté samedi, un accrochage à Bambari (Centre de la Centrafrique) entre des combattants de l’ex-rébellion Séléka

En RDC, la vie sans Facebook, ou presque

En République démocratique du Congo, un mois après des manifestations meurtrières, plusieurs réseaux sociaux sont toujours inaccessibles, sur ordre du

Congo-Brazzaville: le FMI à la rescousse de l’économie

[GARD align= »center »] Une mission du Fonds monétaire international s’est rendue au Congo pour rencontrer le gouvernement. Elle a mené une

2c ommentaires

Espace commentaire
  1. NAILI
    NAILI 31 juillet, 2014, 18:53

    L’ONU très actif et condane facilement les Africains :les noirs , les musulmans pour les autres agresseurs ne trouve pas de preuve

    Répondre à ce commentaire
  2. NAÏLI
    NAÏLI 31 juillet, 2014, 19:02

    pour l’état terroriste qui conténu à bombarder un petit peuple désarmé personne à le droit de l’ider BLOCUS L’ONU désactiver

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*