Gambie : Jammeh limoge des personnalités

[GARD align= »center »]

Yahya Jammeh

Yahya Jammeh

Plus la fin de l’ultimatum de la Cédéao approche, plus la tension monte au sein du parti de Yahya Jammeh. Le président sortant s’est séparé jeudi du secrétaire général de son parti, l’Aprc et non moins directeur de la Fonction publique gambienne.

C’est un geste de plus qui traduit la détermination de Yahya Jammeh à rester au pouvoir au-delà de la fin de son mandat. Le président sortant qui avait reconnu sa défaite à l’élection présidentielle du 1er décembre dernier avant de se raviser, a limogé Sulayman Samba, secrétaire général de l’Alliance patriotique pour la réorientation et la Construction (Aprc). La décision a été rendue publique à la télévision nationale (Grts) par les services de la présidence gambienne. Directeur de la fonction publique, M. Samba a été à plusieurs reprises limogé et réadmis comme secrétaire général du parti au pouvoir. Cette fois-ci, les raisons de son limogeage ne sont pas connues.

Yahya Jammeh a également désigné le député Seedy Njie, comme porte-parole de l’Aprc. Il est aussi l’attaché de presse de Jammeh. Le député Babou Gaye Sonko, censé être en fuite, s’est vu expulser du parti au pouvoir.  

Yahya Jammeh, 52 ans, a été battu à l’élection présidentielle du 1er décembre dernier, selon les résultats de la Commission électorale indépendante. Il avait dans un premier temps reconnu sa défaite et félicité Adama Barrow, avant ensuite de faire volte-face le 9 décembre, rejetant les résultats et réclamant un nouveau scrutin. Depuis, il a assuré qu’il demeurerait à la tête du pays tant que la Cour suprême ne se serait pas prononcée sur son recours qui doit être examiné mardi 10 janvier 2017 par six juges que le président gambien a lui-même choisis..

Cependant, il reste menacé par la Cédéao d’une intervention militaire s’il refuse de transmettre le pouvoir le 19 janvier, date à laquelle son mandat expire, selon la Constitution. Dans son message de nouvel an, Yahya Jammeh a estimé que la décision de la Cédéao d’intervenir militairement est une «déclaration de guerre» et qu’il est prêt à défendre la Gambie contre «toute agression». L’armée gambienne a annoncé son soutien inconditionnel au président Yahya Jammeh.   

© OEILDAFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
gambieYahya Jammeh

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Burkina Faso: la justice dégèle les avoirs de présumés putschistes

[GARD align= »center »] La justice burkinabè a décidé de dégeler les avoir de 14 personnes et 4 partis politiques soupçonnés d’implication

Soudan : La CPI fait recours au conseil de sécurité de l’ONU pour arrêter Omar el-Bechir

Depuis 2009, le président soudanais Omar el-Bechir est visé par deux mandats d’arrêt émis par la CPI. Face au refus

Guinée : retour de 30 expulsés de Belgique

28 Guinéens et 2 Sénégalais ont été expulsés de Bruxelles vers Conakry, en vertu d’un accord d’expulsion des sans-papiers signé

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*