Gambie : des manifestants «torturés» n’ont pas accès aux «soins

[GARD align= »center »]

Plusieurs Gambiens ont manfesté contre le réforme électorale, jeudi 14 avril 2016, dans les rues de Serekunda, plus grande ville de la Gambie|Ph freedomnewspaper

Plusieurs Gambiens ont manfesté contre le réforme électorale, jeudi 14 avril 2016, dans les rues de Serekunda, plus grande ville de la Gambie|Ph freedomnewspaper

L’ONU a déclaré avoir reçu des informations «inquiétantes» qui font état de tortures et de privation de soins à des manifestants arrêtés lors d’une manifestation pacifique en avril dernier à Banjul en Gambie. 

Le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a affirmé vendredi que des dizaines de manifestants arrêtés lors d’une manifestation pacifique les 14 et 16 avril dans la capitale gambienne, Banjul, se sont vu refuser des visites familiales et des soins médicaux. «Nous exhortons le gouvernement gambien à libérer tous ceux qui ont été arrêtés et détenus pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d’expression, d’opinion et de réunion», a dit le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, lors d’un point de presse à Genève.

En avril dernier, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon avait appelé la Gambie à mener une enquête approfondie sur les morts en détention d’un responsable du parti d’opposition Parti démocratique uni (UDP), Solo Sandeng. Depuis lors, plusieurs personnes parmi lesquelles le leader du Parti démocratique uni (UDP), Ousseinou Darboe restent maintenus en prison dans l’attente d’un procès.

Le HCDH affirme qu’en outre, deux femmes, figures de l’opposition, Fatoumata Jawara et Nogoi Njai, sont en détention et seraient en très mauvais état.

Le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme s’est dit «profondément » préoccupé par le sort d’Alhagie Ceesay, directeur de la station de radio Teranga FM. Hospitalisé à plusieurs reprises pour des problèmes de santé graves, Alhagie Ceesay est poursuivi pour « sédition et fausses informations » depuis juillet 2015.  

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
gambie

[fbcomments]

Related Articles

Mali: attaque-suicide de forces pro-Bamako contre des rebelles, une dizaine de morts

Une attaque lancée mercredi par un groupe armé soutenant le gouvernement malien a coûté la vie à six rebelles et

Gambie : Jammeh limoge des personnalités

[GARD align= »center »] Plus la fin de l’ultimatum de la Cédéao approche, plus la tension monte au sein du parti de

Le parti de Gbagbo « favorable » à la révision de la Constitution mais veut un processus « démocratique »

[GARD align= »center »] Affi N’Guessan, leader du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), le parti de l’ancien président Laurent Gbagbo, s’est dit

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*