Gambie : Yahya Jammeh va adopter une langue locale comme langue officielle à la place de l’anglais

Gambie : Yahya Jammeh va adopter une langue locale comme langue officielle à la place de l’anglais

[GARD align= »center »]

le président gambien Yahya Jammeh

Le président gambien Yahya Jammeh

Vous vivez en Gambie et vous ne parlez que l’Anglais ? Eh bien, vous devez commencer par vous faire des soucis avec la dernière annonce du président du pays en la personne de Yahya Jammeh. En effet, Yahya Jammeh, le chef de l’Etat gambien déclare que son pays en a marre d’avoir l’Anglais comme langue officielle et va donc arrêter son usage en tant que telle.

Ainsi, Yahya Jammeh annonce qu’une langue locale est en pole position pour prendre la relève de l’Anglaisa sans cette ancienne colonie britannique. Yahya Jammeh explique qu’il n’adhère plus au dogme qui veut qu’un gouvernement doit forcément parler anglais. « Nous devons parler nos langues », a-t-il dit.

Le président gambien a déjà retiré son pays depuis plusieurs mois du Commonwealth, l’organisation comprenant 54 Etats qui sont pour la plupart des colonies britanniques. En quittant le Commonwealth, il a déclaré que la Gambie ne sera jamais membre d’une organisation néocoloniale.

« Ce qui a fait venir les Anglais en Gambie, c’était le commerce de l’ivoire, parce qu’il y avait beaucoup d’éléphants ici. Ils ont tué les éléphants et ont fini par vendre les Africains », a déclaré Yahya Jammeh.

[GARD align= »center »]

Le président gambien est à la tête du pays depuis 1994, à la suite d’un coup d’Etat qui l’a porté au pouvoir. Son régime est souvent accusé de violations des droits de l’homme. Mais l’homme n’entend jamais fléchir. Il reste autant ferme contre tout ce qui vient de l’extérieur.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

 
 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
gambieYahya Jammeh

Related Articles

Tunisie: le chef des islamistes au pouvoir pour la peine de mort

Le chef du parti islamiste au pouvoir en Tunisie, Rached Ghannouchi s’est dit lundi pour la première fois favorable à

Tunisie: le Premier ministre démissionne, la crise persiste

Le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali a annoncé mardi sa démission après l’échec de son projet de cabinet de technocrates

« L’actualité africaine en 5 titres » du 19 novembre 2016

[GARD align= »center »] Umaro Sissoco : nouveau PM en Guinée Bissau Umaro Sissoco Embala est le nouveau Premier ministre de la

3c ommentaires

Espace commentaire
  1. NAÏLI
    NAÏLI 10 mars, 2014, 07:50

    L’Afrique et un continent , où sont passés les coutumes et langues ?? , faut-il parler la voie de son maître pour toujours ?? Il est temps d’être libre autonome suffisent inventeur , créateurs , parler plusieurs langue c’est bien mais chacun sa langue maternel et philosophie de vie çà donne plus de charmes a la vie .

    Répondre à ce commentaire
  2. tapsaidSaid
    tapsaidSaid 10 mars, 2014, 22:52

    Regardez comment le journaliste parle du seul président en Afrique qui a eu le courage de dire tout haut et fort, ce que les autres pensent!! Je suis convaincu que si on pose la question à ce journaliste il dira qu’il aime l’Afrique, pire qu’il soutien le panafricanisme mais cet écrit est malheureusement anti-Africain. Nous avons tellement intériorisé la soumission aux maîtres d’hier que ceux d’aujourd’hui n’ont pas besoin de se défendre car parmi les soumis, il y’en aura toujours pour défendre les intérêts absolus du maître occidental. Quelle honte pour un journaliste africain de manquer du respect à un homme d’état!!! C’est écoeurant que nous les africains n’arrivons pas comprendre certaines bases.

    Répondre à ce commentaire
  3. mamdy
    mamdy 11 mars, 2014, 11:46

    Vive Jammeh, revolution is back. Ainsi, nous pouvons espérer en l’unité africaine

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*