Gbagbo à La Haye: « Rendez-nous notre président! », réclament des supporteurs

Gbagbo à La Haye: « Rendez-nous notre président! », réclament des supporteurs

Des supporteurs de Laurent Gbagbo, le 30 octobre 2012 devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye —Jan Hennop afp.com

« Rendez-nous notre président! », « CPI, voleuse de président! » : plusieurs centaines de partisans de Laurent Gbagbo ont chanté, dansé et crié mardi devant la CPI, à La Haye, à l’occasion d’une audience dans la procédure contre l’ex-chef d’Etat ivoirien.

Arborant des chapeaux, pulls ou perruques extravagantes aux couleurs ivoiriennes (orange, blanc et vert), ils étaient environ 600, selon un journaliste de l’AFP, près de 1.000 selon les participants, rassemblés sur une pelouse séparée de la Cour pénale internationale par une rue, la « Regulusweg ».

« On ne sait pas trop si Laurent Gbagbo sera là à l’audience d’aujourd’hui », explique le président du Cri panafricain Abel Naki, nerveux, une demi-heure avant l’audience, programmée à 14H30 (13H30 GMT).

La tension monte peu à peu : de nombreux manifestants, des Ivoiriens venus pour la plupart de France, mais également de Suisse ou Belgique, sont massés derrière les barrières dressées le long de la rue faisant face au grand bâtiment blanc de la CPI dans l’espoir de voir arriver leur favori.

Pendant ce temps, d’autres poursuivent paisiblement leurs discussions, expliquant à la presse leur version de la crise ivoirienne et pourquoi M. Gbagbo, premier ex-chef d’Etat remis à la CPI, devrait être libéré.

« Le grand mensonge, c’est que la communauté internationale a installé un président qui n’a pas été élu par son peuple! », assure Willy Bla, un membre du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de M. Gbagbo, en parlant de l’actuel président Alassane Ouattara.

« Le grand mensonge, c’est que notre président est mis derrière les barreaux et que les crimes continuent d’être commis! », poursuit-il.

Le refus de M. Gbagbo de céder le pouvoir à son rival, l’actuel président Ouattara, avait plongé le pays dans une crise qui avait fait 3.000 morts lors des violences post-électorales de 2010-2011.

Soupçonné de crimes contre l’humanité, M. Gbagbo, 67 ans, est dans l’attente d’un éventuel procès devant la CPI.

Vers 14H10 (13H10 GMT), une voiture aux vitres teintées passe devant la CPI : la foule se rue vers la chaussée. « C’était lui? », demandent certains alors que les chants redoublent de puissance, « Libérez Gbagbo! ». La police interpellera deux personnes.

« Il doit être en train de se reposer »

Lorsque débute l’audience, une audience technique destinée à entendre les arguments des parties au sujet d’une éventuelle libération provisoire, réclamée par la défense et déjà refusée une première fois le 13 juillet, l’ancien président n’est pas là.

L’accusation s’oppose à la libération provisoire du suspect, arguant qu’il pourrait s’enfuir, entraver l’enquête et la procédure, voire tenter de reprendre le pouvoir en Côte d’Ivoire.

« Son état de santé conforte son incapacité à s’enfuir », rétorque Emmanuel Altit, avocat de Laurent Gbagbo. « C’est le président Gbagbo! Il va s’enfuir où? Et comment? Essayons de réfléchir! », ajoute-t-il, lors de l’audience, qui durera 90 minutes environ avant de passer à huis-clos.

A l’extérieur de la CPI, les Ivoiriens n’ont pas pu suivre les débats qui viennent d’avoir lieu et des rumeurs circulent toujours sur la présence ou non de M. Gbagbo dans la salle d’audience.

Lorsque certains apprennent, vers 16H15 (15H15 GMT), que M. Gbagbo n’était pas à l’audience et n’a donc pas pu entendre leurs chants en arrivant à la Cour, ils soupirent, mais gardent le sourire.

« Il doit être en train de se reposer », assure Blandine tout en réchauffant une soupe de poisson sur une plaque de cuisson reliée à un groupe électrogène, histoire de braver le froid et une pluie de plus en plus intense.

« On va encore rester un moment ici à chanter », poursuit-elle, alors que la nuit tombe sur La Haye.

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
CôteIvoireCPIenquêteviolence

Related Articles

Idriss Déby se garde de commenter le retrait des militaires tchadiens déployés au Mali

Le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby Itno, s’est gardé de commenter le retrait des troupes tchadiennes déployées dans le

Un soldat français raconte comment il a exécuté l’ordre de tuer un Ivoirien

« Bon alors, mon capitaine, on fait quoi? il faut le tuer? » L’adjudant-chef Guy Raugel a raconté jeudi à la cour

Burundi : le président Pierre Nkurunziza réapparaît

Le président burundais Pierre Nkurunziza est apparu dimanche à son palais de Bujumbura, pour la première fois depuis la tentative

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*