Le gouvernement ivoirien suspend jusqu`à nouvel ordre les activités des syndicats d`étudiants

[GARD align= »center »]

L’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody

L’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody

Le gouvernement ivoirien a décidé mercredi de la suspension, jusqu`à nouvel ordre, des activités des syndicats  d`étudiants dans toutes les universités du pays, suite aux récurrentes violences observées sur les campus universitaires, et qui perturbent les cours.

Lundi, l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, la plus grande du pays, a été le théâtre de violents heurts entre étudiants et des policiers, qui tentaient d’empêcher une manifestation syndicale visant à réclamer  départ des forces de sécurité sur le campus.

« Pour protéger les biens et les personnes » dans les établissements universitaires, le gouvernement a décidé du maintien des forces de l’ordre sur les campus pour contenir les émeutes, a affirmé la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ly Ramata-Bakayoko, lors d’un point de presse.

A propos des étudiants interpellés suite aux violences survenues lundi, elle a relevé que les enquêtes poursuivront leur cours, avant d’ajouter que ceux qui, à l’issue des enquêtes sont déclarés innocents, seront relâchés.

Cette mesure de suspension intervient après une requête du Conseil de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan a demandé au gouvernement d’autoriser la « suspension » des activités des syndicats d’étudiants, après que des étudiants ont « lancé des projectiles » sur des ministres à l’issue d’une marche sur le campus de Cocody (Est Abidjan), dans un communiqué.

Des membres du gouvernement ivoirien, invités à une marche en hommage à un étudiant handicapé, Roland Allaba, percuté mortellement le vendredi 17 juin 2016, aux environs de 6h 15mn, sur le campus par un véhicule de type 4X 4, conduit par un agent de police, ont été lynchés par des étudiants.

Au terme de cette marche, marquée par le dépôt d’une gerbe de fleurs sur le lieu de l’accident, « des étudiants surexcités ont débordé le service d’ordre mis en place par les organisateurs et ont commencé à lancer des projectiles sur les autorités présentes », indique le communiqué.

« Lapidées, bousculées, huées et insultées, c’est au pas de course » que les autorités parmi les lesquelles se trouvaient entre autres les ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et sa collègue de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de l’Indemnisation des Victimes et des Sports et des Loisirs « ont regagné la présidence de l’université ».

Près de quarante étudiants ont été arrêtés lors des violences sur le campus lundi. Mme Ly Ramata, a relevé que ce sont 300 milliards de F CFA qui ont été débloqués pour la construction et la réhabilitation des infrastructures dans toutes les universités de Côte d’Ivoire ainsi que pour le financement des activités de formation et de recherche.

Le professeur titulaire de Philosophie Abou Karamoko a été nommé président de l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody, en remplacement de la ministre Ly Ramata.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


[fbcomments]

Related Articles

Burkina Faso: Le FPI fustige les privilèges dont jouit Compaoré en Côte d’ivoire

 [GARD align= »center »] Chassé du pouvoir par la rue qui protestait contre sa volonté de modifier la constitution du pays pour

Sénégal: le PDS annonce une mobilisation devant la Cour Suprême en soutien à Karim Wade

Le Parti démocratique sénégalais (PDS) a annoncé, jeudi à Dakar, une mobilisation au siège de la Cour Suprême le 6

Elections municipales au Burkina: « impossibilité » de tenir le scrutin dans trois zones vu la « situation sécuritaire précaire »

[GARD align= »center »] La « situation sécuritaire toujours précaire » dans les localités de Zogoré, au nord du Burkina Faso, de Béguédo (centre-est)

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*