Guinée: le dialogue politique bloqué par des divergences sur les élections locales

[GARD align= »center »]

Le président guinéen Alpha Condé s'exprime lors d'une conférence de presse à Conakry le 17 mars 2015

Le président guinéen Alpha Condé s’exprime lors d’une conférence de presse à Conakry le 17 mars 2015|AFP

Le dialogue politique national en Guinée, lancé fin septembre, a été suspendu vendredi soir jusqu’au 4 octobre après des divergences entre le pouvoir et l’opposition sur l’organisation des élections locales, a-t-on appris auprès des participants.

Ces concertations ont été lancées le 22 septembre à Conakry après la rencontre le 1er septembre entre le président Alpha Condé et son principal opposant, l’ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo.

Elles réunissent le pouvoir, l’opposition, la société civile et les partenaires internationaux de la Guinée.

Les participants s’étaient entendus au début des concertations pour discuter de plusieurs sujets dont l’application de l’accord politique du 20 août 2015, ayant permis l’organisation de la présidentielle d’octobre 2015 remportée par M. Condé, la libération de militants des deux camps détenus après des manifestations.

Le pouvoir et l’opposition ne sont pas parvenus jeudi et vendredi à s’entendre sur l’organisation des élections communales et communautaires.

Les élections communales visent l’élection des maires tandis que les scrutins communautaires concernent l’élection des chefs de quartiers et de districts, des entités intermédiaires entre le quartier et la mairie.

L’opposition s’est prononcée en faveur d’un couplage de ces élections locales, en vertu selon elle de l’accord politique du 20 août 2015, contrairement au pouvoir qui veut une organisation séparée, les communales d’abord, ensuite les communautaires.

« Nous sommes devenus quasiment un pays d’élections », a déclaré à la presse Faya Millimouno, un responsable de l’opposition qui s’est plaint qu’avec un découplage de ces scrutins, le risque est que « tous les ans, nous (ayons) une élection » en Guinée

Le ministre de l’administration du territoire, Boureima Condé, a annoncé vendredi soir la suspension des négociations jusqu’à mardi. « A défaut d’un consensus, le président du cadre de dialogue que je suis, a jugé opportun, d’arrêter », a-t-il déclaré à la presse.

Les dernières élections locales en Guinée se sont tenues en 2005. Ce scrutin, qui aurait dû se tenir en 2013, a été constamment reporté depuis, en 2014 puis en 2015, et a été récemment fixé par la Commission électorale à la fin de l’année 2016.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
guinéeoppositionpolitique

[fbcomments]

Related Articles

Côte d’Ivoire: la pluie tue les plus pauvres

Un torrent de boue et puis plus rien : la petite mosquée dans laquelle dormait une trentaine de Nigériens pauvres

Guinée: alliance électorale entre l’opposition et l’ex-chef de la junte

Le chef de file de l’opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo a annoncé lundi soir une future alliance électorale avec son

Nigeria: les élections de février 2015 s’annoncent «explosives»

 [GARD align= »center »] Les élections générales de février 2015 au Nigeria s’annoncent «explosives et brutales», estime l’International Crisis Group (ICG), qui

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*