Guinée Équatoriale : 137 maliens expulsés pour crainte de terrorisme ; l’UA muette

Guinée Équatoriale : 137 maliens expulsés pour crainte de terrorisme ; l’UA muette
la la carte de guinee-equatoriale

La carte de guinee-equatoriale

Des maliens se trouvent dans le pétrin dans le Nord de la Guinée Equatoriale depuis le mercredi dernier. En effet, ils sont au total 137 africains d’origine malienne à avoir été expulser des deux grandes villes de la Guinée Equatoriale que sont Malabo, la capitale et Bata la deuxième ville du pays. C’est le mercredi dernier que la police Equato-guinéenne a arrêté dans une rafle, 37 Maliens qui vivaient à Malabo et 100 autres qui résidaient à Bata (15 000 maliens vivent dans la ville de Bata).

La seule explication donnée par les autorités de la Guinée-Equatoriale et par la police est que ces Maliens n’ont pas de papier. « Sans papiers rien ne prouvent que vous n’êtes pas des terroristes », ont déclaré aux expulsés les autorités équato-guinéennes. Mais dans le lot de ces 137 maliens qui se sont vus refoulés du territoire équato-guinéen, certains avaient sur eux des pièces d’identité dont le passeport pour certains et la Carte nationale d’identité pour d’autres. Ces personnes expulsées qui ont été prises au cours des rafles ont été embarqués dans un avion à partir de Mongomou Yen, pour être déposés à Kyossi à la frontière entre la Guinée et le Cameroun. Seule une dizaine d’entre ces maliens infortunés  ont pu rejoindre Douala, la deuxième ville du Cameroun grâce à leur pièce d’identité ou passeport. La grande majorité est restée dans le pétrin et ils se trouvent bloqués entre deux barrières, exposés aux intempéries notamment le vent et les pluies.

Pour l’heure, ces 137 Maliens expulsés sont laissés à leur triste sort. Seul le Consul honoraire basé à Bata est en train de tenter quelque chose pour la régularisation de leur situation. Ces efforts peinent encore à aboutir auprès des autorités de Malabo qui se montrent intransigeantes sur la question surtout avec les derniers développements de l’actualité au Mali suite à l’assassinat de deux journalistes.

Ces expulsions surviennent le lendemain de la visite du président malien Ibrahim Boubacar Kéita, à Malabo. C’était à l’invitation de son homologue Teodoro Obiang Nguema Mbasogo que le Président Ibrahim Boubacar Keita s’est rendu à Malabo. Le nouveau président malien a rencontré de nombreux ressortissants de son pays installés dans le pays. Et les Maliens de la Guinée équatoriale avaient eu une lueur d’espoir avec la visite d’IBK qui les a rassurés de l’assistance de l’Etat malien.

Mais on se rend compte que cette visite en Guinée équatoriale du président IBK n’a rien arrangé. Le président malien n’a parlé que de renforcement des liens de coopération avec son homologue de la Guinée Equatoriale sans plaider la cause de ses concitoyens. Au-delà, il faut dire que cette expulsion d’Africains en Guinée Equatoriale repose le problème de l’unité africaine et surtout celle de l’intégration entre les populations africaines. Si un africain doit se faire expulser facilement d’un pays africain dont il n’a pas la nationalité, l’Union Africaine en question n’est alors qu’au service des Chefs d’Etat et ne pourra pas réagir si un africain est victime des mêmes comportements dans un autre pays d’un autre continent. D’ailleurs, plusieurs africains ont et continuent de perdre leur vie à Lampedusa sans que l’UA ne sorte le moindre communiqué sur le sujet.

Didier ASSOGBA
Lomé – Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
Guinée équatoriale

Related Articles

Congo: un ancien maire parmi les accusés à la barre dans le procès «des sacrifices humains»

L’ancien maire de Ouesso a jugé illégale son arrestation le 22 mai 2013 à Pointe-Noire.  Le prévenu comparaissait en compagnie

Blatter a tenté de persuader Nkurunziza de ne pas se représenter

[GARD align= »center »] L’ancien président de la Fifa fait la révélation dans sa biographie. Il a évoqué la mission diplomatique jusque-là

Centrafrique : Samba-Panza accuse Sassou Nguesso de déstabiliser la transition

Les relations entre la Centrafrique et la république du Congo se détériorent. La faute aux pourparlers initiés par Brazzaville pour

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*