Guinée: le gouverneur de Conakry inculpé d’actes de tortures commis en 2010

Guinée: le gouverneur de Conakry inculpé d’actes de tortures commis en 2010

Le gouverneur de Conakry, le commandant Sékou Resco Camara, a été inculpé d’actes de tortures commis en octobre 2010 dans la capitale guinéenne, a appris samedi l’AFP de source judiciaire.

Le commandant Camara a été longuement entendu et inculpé jeudi par un juge du tribunal de première instance de Dixinn (banlieue de Conakry) à la suite d’une plainte conjointe des deux organisations de défense des droits de l’homme et de 17 personnes qui s’étaient portées partie civile, selon cette source.

A la suite de cette plainte du 18 mai 2012, le procureur de la République près le tribunal de Dixinn avait ouvert une enquête pour arrestation illégale, séquestration, coups et blessures volontaires, abus d’autorité, crimes et délits commis dans l’exercice de ses fonctions par le commandant Camara.

Ce dernier et le général Nouhou Thiam, chef d’état-major général des armées à l’époque des faits, en 2010, ainsi que le commandant Aboubacar Sidiki Camara, dit De Gaulle, chef de la garde présidentielle au même mmoment, ont été accusés d’avoir arrêté et détenu arbitrairement plusieurs personnes soumises à des actes de tortures en leur présence, indique-t-on de source judicaire.

La Guinée, pays à l’histoire marquée par les violences politiques et militaires, était dirigée en 2010 par un régime de transition présidé par le général Sékouba Konaté, qui s’est retiré après l’élection en novembre de la même année d’Alpha Condé, premier président démocratiquement élu du pays.

De mémoire de défenseur des droits de l’homme en Guinée, jamais une procédure pour des faits si graves impliquant de hauts responsables militaires n’avait été instruite si rapidement, s’est réjoui Thierno Maâdjou Sow, président de l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme (OGDH).

C’est une très bonne nouvelle, porteuse d’un message fort: nul n’est au-dessus de la loi, pas même les forces de l’ordre, a-t-il ajouté.

Avec l’inculpation du gouverneur de Conakry pour des faits d’une très grande gravité, la justice guinéenne envoie un signal important dans la lutte contre l’impunité, a de son côté déclaré Souhayr Belhassen, président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH).

Toutefois, les deux organisations à l’origine de la plainte, rappellent dans un communiqué commun que le gouverneur de Conakry a déjà été condamné en 2011 pour empiétement de l’autorité administrative sur l’autorité judiciaire et se disent préoccupées par le risque d’interférence avec la procédure judiciaire.

En conséquence, nous appelons le gouvernement guinéen à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir le bon exercice et la sérénité de la justice, assurer la sécurité de ses acteurs et en particulier du magistrat instructeur en charge de l’enquête, affirment-elles.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
guinée

Related Articles

Zambie: 150 personnes arrêtées après des manifestations contre la réélection de Lungu

[GARD align= »center »] Quelque 150 personnes ont été arrêtées dans le sud de la Zambie après avoir manifesté contre la victoire

Congo : 10 milliards F CFA pour un nouveau train voyageur moderne

Parti de Pointe-Noire le 10 août, ’’la gazelle’’, train moderne du Chemin de fer Congo océan (CFCO) est arrivée le

Burkina: le président appelle à diffuser Timbuktu au Fespaco, après des rumeurs de déprogrammation

Le président burkinabè Michel Kafando a appelé jeudi les dirigeants du Fespaco, l’un des plus importants festivals du film africain

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*