Guinée: poursuite de la grève des syndicats, le gouvernement demande une trêve

[GARD align= »center »]

Des commerces fermés à Conakry, le 15 février 2016 -AFP/CELLOU BINANI

Des commerces fermés à Conakry, le 15 février 2016 -AFP/CELLOU BINANI

Alors que le gouvernement guinéen a demandé aux responsables de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG) d’observer une trêve pour faciliter les discussions sur les prix du carburant, la base de cette organisation a décidé de poursuivre le mouvement.  

En assemblée générale mercredi à la Bourse du travail, siège du mouvement, les leaders de la CNTG ont proposé à leur base une suspension de la grève, après trois jours de débrayage.

Mais en réponse, les travailleurs ont crié leur ras le bol et appelé la direction du mouvement syndical à la poursuite de la grève, ce jusqu’à la satisfaction de leur plateforme revendicative.

Mardi, les représentants syndicaux avaient rencontré le gouvernement au département de la Fonction publique pour tenter de trouver un accord de sortie de crise.

Au cours de la concertation avec le gouvernement, le mouvement syndical s’est dit prêt à accepter que le prix du litre de carburant soit ramené à 5500 francs guinéens soit près de 0,55 euro à la pompe, au lieu de 0,50 euro comme réclamé auparavant. Contre 0,80 euro en ce moment.

Du côté du gouvernement guinéen, la position n’a pas évolué. Les autorités estiment que l’environnement conjoncturel est défavorable à toute baisse du prix du carburant à la pompe en ce moment comme l’exigent les centrales syndicales.

A l’occasion de l’assemblée générale, les leaders syndicaux ont protesté contre le comportement de certains transporteurs qui n’observent pas le mot d’ordre de grève. Un comportement qui pourrait avoir une fâcheuse incidence sur le bon déroulement du mouvement de grève.

La grève est largement suivie et constitue un casse-tête pour les autorités. Ce mercredi, troisième jour de ce mouvement de grève, les banques et les écoles sont restées fermées. Au niveau des transports urbains, le service minimum est assuré.

Le mouvement reprend donc demain jeudi si rien ne change d’ici là.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
GreveguinéesocialSyndicats

[fbcomments]

Related Articles

Togo : Kako Nubukpo sera-t-il maintenu ministre avec ses critiques sur le Francs CFA ?

L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) continuent d’en vouloir

Côte d’ivoire: Ouattara s’insurge contre les folles rumeurs sur le virus Ebola

 [GARD align= »center »] Le président ivoirien Alassane Ouattara en a marre des rumeurs qui courent dans son  pays autour du virus

Mahamadou Djeri Maiga, négociateur rebelle sur la crise malienne: «Nous ne sommes pas des va-t-en-guerre»

[GARD align= »center »] A Alger, autorités maliennes et représentants de mouvements rebelles se sont retrouvés, mercredi, autour de la table pour

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*