Hommage à Pierre Victor Mpoyo : l’Artiste et le Politique

Hommage à Pierre Victor Mpoyo : l’Artiste et le Politique
Pierre Victor Mpoyo

Pierre Victor Mpoyo

Pierre Victor Mpoyo, artiste peintre de talent, homme d’affaires brillant et l’un des ténors de la délégation congolaise lors de la rencontre entre le maréchal Mobutu et Laurent Désiré Kabila à bord du navire sud-africain Utenica le 4 mai 1997, à Pointe Noire, en République du Congo, est décédé ce jeudi 23 avril 2015 à Kinshasa. Il était né le 13 mai 1934 à Lubumbashi en République Démocratique du Congo et était l’ami de Bill Clinton, de Nelson Mandela, d’Edouardo Dos Santos et de tant d’autres chefs d’Etat. Soutien inconditionnel de Laurent Désiré Kabila et de l’AFDL, Pierre Victor Mpoyo avait élu résidence à Paris après son empoisonnement. Undongo iwe muhepesi ! Que la terre te soit légère !

Un grand artiste-peintre

« Nous, Africains, sommes fiers de notre patrimoine et espérons rendre plus dynamique les formes traditionnelles de nos arts existants. L’Europe ferait preuve de sagesse si elle engageait un dialogue culturel avec l’Afrique afin d’y trouver le souffle qui lui manque pour repartir vers un nouvel horizon pictural plus artistique. », dixit Pierre Victor Mpoyo dit Mpoy (1960). Chercheur en traditions africaines, il a toujours cherché à réhabiliter l’Homme Noir dans le monde culturel international.

Ambassadeur de l’art africain, il a été à 35 ans le premier africain à participer à la biennale de Venise en 1968 en qualité d’invité d’honneur. Il a été formé au Congo belge et l’Académie Beaux-arts de Florence et a fréquenté les plus grands maitres des arts et lettres classiques comme Picasso, Cocteau, Salvador Dali, Chagall et Benno Geiger, peintre classique italien.

Son art inspiré de la philosophie bantoue consistait à exécuter en une Ligne Continue un dessin complet avec un trait ininterrompu qui s’achevait par sa signature « MPOY » ensuite il équilibrait son tableau en y ajoutant des couleurs qui se mariaient sans gène avec le dessin.

Il a été l’auteur de nombreuses œuvres dont La Chaotique qui, lors de sa dernière exposition, d’une durée de 6 mois, au siège de l’Unesco à Paris en 1997, avait été estimé à 6 millions d’euros.

Celui que nous appelons le vieux Mpoyo croyait en la richesse artistique de l’Afrique.

Les Affaires et la Politique

Brillant homme d’affaires, Pierre Victor Mpoyo s’était enrichi notamment dans le pétrole et l’aviation. Il fut millionnaire à l’âge de 19 ans.

Amoureux et soucieux de son pays, Pierre Victor Mpoyo avait investi une partie de sa richesse personnelle pour financer la chute du régime Mobutu dont il avait été un inlassable opposant. En effet, Il avait été le principal financier et logistique de l’accession au pouvoir de M’zee Laurent Désiré Kabila à qui il était lié par un fort lien d’amitié. Il était donc, par conséquent, bien placé pour confirmer que Joseph Kabila est bien le fils de M’zee Kabila.

Pendant la présidence de Laurent Désiré Kabila, Pierre Victor Mpoyo avait été successivement ministre d’Etat chargé de l’Economie, de l’Industrie et du Commerce extérieur puis ministre d’Etat chargé du Pétrole. Après l’assassinat de M’zee Kabila, il avait fait partie des personnes qui ont œuvré à l’installation de Joseph Kabila à la tête de l’Etat de la République Démocratique du Congo et avait été nommé, sous la première présidence de Joseph Kabila, ministre d’Etat sans portefeuille.

Empoisonné, Pierre Victor Mpoyo avait été envoyé en France par le gouvernement de Kinshasa où ses comptes bancaires avaient été bloqués, son passeport diplomatique retiré. Appauvri, humilié, délaissé par le pouvoir de Kinshasa, ses frais médicaux impayés, Pierre Victor Mpoyo, le richissime homme d’affaires congolais, le ministre d’Etat qui a œuvré pour libérer son pays de la dictature de Mobutu, l’ami de M’zee Kabila a vécu à Paris d’hôtel en hôtel. Cependant, malgré, les humiliations et la maladie, il a su rester digne.

Lors de la venue de Joseph Kabila pour le sommet de l’Elysée, il refusa de rencontrer le chef d’Etat de La RD Congo et affirma au micro de Radio Réveil FM International, le 14 décembre 2013 : « Bientôt, je vais rejoindre mon ami Mandela, je n’ai pas besoin des tortionnaires ».

« L’être nait et continue de vivre spirituellement même après sa mort », cette philosophie bantoue avait inspirée le style artistique de Pierre Victor Mpoyo. udongo uwe mwepesi !

Safi Fele
© OEIL D’AFRIQUE

 

Safi Fele

Safi Fele

Journaliste basée à Paris.


Tags assigned to this article:
kabilapolitiqueRDC

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Jean-Marc Ayrault : Un Premier ministre français qui refuse « une mise hors jeu diplomatique » de l’Afrique.

C’est fait. François Hollande a pris officiellement la suite de Nicolas Sarkozy et Jean-Marc Ayrault, conformément à la rumeur, obtient

Le Bassin du Congo à l’honneur

Que ceux, nombreux et mal informés, qui doutent de la capacité des pays composant le Bassin du Congo à résoudre

Le « rêve chinois » peut inspirer l’Afrique

 [wp_ad_camp_3] Après son accession au pouvoir en novembre 2012 en Chine, le président Xi Jinping a lancé l’idée du « rêve

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*