Immigration clandestine : Le Maroc intercepte 71 nouveaux candidats aux larges de ses côtes

Immigration clandestine : Le Maroc intercepte 71 nouveaux candidats aux larges de ses côtes
migrants

(Image d’archives)

Malgré les drames et les conséquences fâcheuses du phénomène de l’immigration clandestine, plusieurs africains sont toujours candidats. La plupart savent qu’il y a peu de chance pour eux d’arriver à destination mais ils ne cessent de  prendre la route. Ainsi quelques jours seulement après le drame aux larges de Lampedusa, certains candidats à l’immigration clandestine viennent de se faire intercepter par les forces de l’ordre marocaines.

Ce mercredi, quelques soixante et onze (71) candidats à l’émigration illégale ont été interceptés au niveau du littoral du Maroc qui s’étend de Tanger à Fnideq, indique un communiqué de la Wilaya de Tanger, l’administration régionale qui dirige Tanger.

Il s’agit des tentatives d’émigration illégale qui ont été avortées les 5 et 6 novembre. Les candidats venus essentiellement d’Afrique Subsaharienne ont été interceptés grâce au renforcement du dispositif de surveillance du littoral du Maroc. C’est ce qu’explique l’administration régionale de Tanger. Les 71 personnes arrêtées s’apprêtaient à regagner la mer en possession de trois embarcations pneumatiques et de moyens de nage de fortune. C’est alors que les forces de sécurités les ont interceptées et interpellées.  

Cette nouvelle interception de candidats à l’immigration clandestine intervient après le drame survenu à Lampedusa le 3 octobre dernier où quelques 600 migrants africains ont fait naufrage à 600 mètres de cette île Italienne. Le bilan de ce drame dépasse désormais les 300 morts et constitue de ce fait le naufrage le plus meurtrier aux larges de Lampedusa. Ce qui fait aujourd’hui de Lampedusa le lieu tristement célèbre pour ces tragédies humaines. Devant cette nouvelle tragédie, l’Europe est confrontée à la revendication de sortir d’une logique purement sécuritaire.

Lors du sommet européen qui se tenu sur le sujet à Bruxelles, les dirigeants des pays européens confrontés quotidiennement à l’afflux de migrants en Méditerranée ont exigé de leurs homologues plus de solidarité concrète. Mais aucune résolution concrète n’a été prise pour freiner ce phénomène. Les candidats interceptés aux larges du Maroc ne sont pas sans doute les derniers. D’autres sûrement se préparent encore à se jeter à la mer tout en risquant leur vie.

 Didier ASSOGBA
Lomé – Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
clandestineimmigrationMaroc

Related Articles

La désespérance d’habitants d’un bidonville marocain

A Salé, ancienne cité corsaire, si la mer n’est jamais loin, c’est un océan de bâches et de taules qui

Syrie: un bataillon de la police militaire russe déployé à Alep

[GARD align= »center »] Un bataillon de la police militaire russe a été déployé jeudi soir pour assurer la sécurité à Alep,

Sahara occidental: le roi du Maroc appelle à la fin de « l’économie de rente »

Le roi Mohammed VI a appelé à la fin de « l’économie de rente » afin de favoriser le développement du Sahara

1 commentaire

Espace commentaire
  1. NAÏLI
    NAÏLI 7 novembre, 2013, 12:24

    la jeunesse Africaines c’est de l’ OR , si on a faim et qu’on possède que çà sans aucun moyen d’échange on craive riche mais!!! de faim , la richesse Africaine est toujours exploités par les autres , çà manque beaucoup de fièreter et de courage d’être Africains , juste bons à se tuer entre eux pour les autres.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*