Incidents à Bukavu en marge du meeting de Vital Kamerhe

Incidents à Bukavu en marge du meeting de Vital Kamerhe

[GARD align= »center »]

Vital Kamerhe à Goma, le 19 février 2014

Vital Kamerhe à Goma, le 19 février 2014

Les incidents n’en finissent plus de ralentir la caravane de la paix initiée par l’Union pour la Nation Congo (UNC) et son président Vital Kamerhe. Après les deux faux départs qui avaient conduit Richard Muyej, le ministre de l’intérieur congolais à démentir les accusations concernant la privation de la liberté de circulation de monsieur Kamerhe. Aujourd’hui, à Bukavu, la police a tiré sur la population qui était venue en masse pour assister aux passage de la caravane de la paix.

Le site congomikili.com a réussi à joindre par téléphone l’honorable Juvenal (UNC) pour avoir des éléments de réponse concernant à la situation dans la ville de Bukavu. 

Arrivé à Bukavu à 14h, heure local, Vital Kamerhe se dirrigeait vers le centre ville, en arrivant  à la place de l’indépendance à l’entrée de la ville,un dispositif policier déployé par les autorités pour sécuriser le passage de la caravane de la paix  commença à tirer des bombes lacrymogènes afin de disperser la population. 

Mais, très vite il a été entendu des tires à balles réelles. La panique était générale. Dans les rangs de Vital Kamerhe on compte un blaissé à la tête en la personne de son chargé de protocole, Thierry emmené d’urgence à l’hôpital.

Monsieur Juvenal a d’abord tenu à rassurer les congolais et surtout les sympathisants de l’UNC au sujet de la santé du président. « Monsieur Kamerhe n’a pas été touché. Il est actuellement dans un lieu sécurisé ».

Puis a dénoncer la situation politique en République Démocratique du Congo. « Nous sommes inquiets, car le processus électoral commence dans un climat non appaisé, de tension, dans la violence. Nous appelons la population congolaise à la vigilance tout comme la communauté international. Nous prenons à témoin la population congolaise. »

[GARD align= »center »]

Que se passe t-il à la tête de l’Etat congolais? Cette fébrilité face à Vital Kamerhe ne serait-elle pas une forme d’inquiétude face aux échéances électorales à venir? La caravane de la paix qui devait permettre au leader de l’UNC de communier avec les populations de l’Est du Congo est en passe de faire  de Vital Kamerhe, l’unique opposant capable de faire tomber l’équipe Kabila.

Roger Musandji
Oeildafrique.com

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
bukavuKamerhepoliceRDC

Related Articles

Près de 5000 faux fonctionnaires au Congo

Le gouvernement congolais a découvert qu’il rémunérait chaque mois 4909 faux fonctionnaires, civils ou militaires, qui lui coûtaient chaque année

« L’actualité africaine en 5 titres » du 30 juillet 2016

[GARD align= »center »] RDC : la majorité appelle au dialogue Des dizaines de milliers de militants de la majorité présidentielle congolaise

Sénégal: Tirs de grenades lacrymogènes au procès de Karim Wade

[GARD align= »center »] La police a tiré lundi des grenades lacrymogènes au tribunal de Dakar pour disperser des militants du Parti

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*