Indiscrétion: Blaise Compaoré évacué vers le Maroc suite à une blessure

Blaise compaoré

Blaise Compaoré

L’ex-président du Faso, Blaise Compaoré, a été évacué d’urgence au Maroc, mardi 14 juillet 2015. Selon les informations reçu par la rédaction d’Oeil d’Afrique, Blaise Compaoré  s’était blessé lors d’une partie de football avec ces agents de sécurités.

En effet, bien qu’à la retraite « forcée », l’ancien occupant du Palais de Kosyam tient toujours à garder la forme et met un point d’honneur à faire quotidiennement du sport et si possible une activité en groupe.

Au moment où nous écrivons cet article, il nous ai impossible de connaitre avec exactitude la nature de la blessure dont a été victime l’ancien président du Faso. Notre source tient tout de même à rassurer les amis et sympathisants de Blaise Compaoré qui pourraient s’inquiéter au sujet de son état de santé. Selon cet informateur, l’ex-président a été victime d’une blessure bénigne.

Un départ en toute discrétion dans un avion de la république de Côte d’Ivoire aurait permis à Blaise Compaoré de recevoir dans les meilleurs délais les soins appropriés au Maroc.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
accidentBlaise CompaoréMaroc

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Côte d’Ivoire: parfum de corruption entre Abidjan et le géant pétrolier Gunvor

[GARD align= »center »] La direction du géant pétrolier Gunvor basée à Genève, tremble à l’idée de voir exploser au grand jour

PANAMA PAPERS : Comment Dan Gertler, diamantaire de Kinshasa, a fraudé Mossack Fonseca

[GARD align= »center »] D’origine israélienne, naturalisé congolais en 2003, Dan Gertler est à la tête d’un empire minier vaste et opaque

Congo Brazzaville : des interrogations sur l’attaque du cortège de l’ancien ministre Okombi Salissa

L’affaire de l’attaque du cortège de l’ancien ministre du gouvernement Sassou, André Okombi Salissa, le 12 février dernier, dans le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*