Insurrection populaire au Burkina : 11 anciens ministres de Compaoré auditionnés

[GARD align= »center »]

L'ex-président du Burkina Blaise Compaoré|AFP

L’ex-président du Burkina Blaise Compaoré|AFP

Onze anciens ministres sur 32 membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré, convoqués mardi par la gendarmerie burkinabè, ont été auditionnés dans le cadre de l’enquête sur l’insurrection populaire qui a fait une trentaine de morts et de nombreux blessés en octobre 2014.

Parmi ces ex-ministres entendus, figurent Arsène Bognessan Yé, ancien ministre d’Etat chargé des relations avec le parlement et des Réformes politiques et institutionnelles surnommé « Monsieur Article 37 ».

Il avait pour mission d’engager des réformes en vue de la modification de l’article 37 de la Constitution, comprenant la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux quinquennats. Ce verrou devrait être levé pour permettre à M. Compaoré de se représenter.

L’ex-ministre de la Communication, Alain Edouard Traoré, ancien porte-parole du gouvernement ou encore Jean Bertin Ouédraogo, ex-ministre des Infrastructures, ont répondu

à la convocation de la gendarmerie à la Compagnie de gendarmerie du camp

Paspanga, au centre de Ouagadougou.

Ces auditions qui ont commencé ce mardi à Ouagadougou, devraient se poursuivre. Ils ont été entendus par la gendarmerie du camp Paspanga sur ordre de la Haute Cour de justice qui enquête sur les infractions commises par l’ancien chef de l’Etat et les membres de son gouvernement.

Au moins trois autres ministres ont été auditionnés par la Brigade de recherches du Kadiogo, un autre poste de gendarmerie. Les interrogatoires ont duré près de deux heures et tous ont été autorisés à regagner leurs domiciles après avoir signé le procès-verbal d’audition.

Le parlement de la transition, mis en place au lendemain de la chute de Blaise Composé, accuse ce dernier et son gouvernement de « coups et blessures volontaires, complicité de coups et blessures, assassinat, complicité d’assassinat ».

La Haute Cour de justice a déjà inculpé plusieurs ministres de l’ancien régime pour des affaires de détournements de deniers publics.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Burkinacompaoré

[fbcomments]

Related Articles

Côte d’Ivoire : La défense de Gbagbo fait appel de la confirmation des charges par la CPI

[GARD align= »center »] Après la confirmation des charges de crime contre l’humanité contre Laurent Gbagbo en fin de semaine dernière, la

Bénin: L’opposant Adrien Houngbedji élu président de l’Assemblée nationale

Adrien Houngbedji, principal adversaire du chef de l’Etat Thomas Boni Yayi à la dernière présidentielle, a été élu mercredi président

Sénégal : le titre de Docteur Honoris Causa, Valérie Pécresse, chahuté à l’université de Dakar

Valérie Pécresse, en séjour au Sénégal, devrait être faite, vendredi à Dakar, Docteur Honoris Causa à l’Université Cheikh Anta Diop.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*