Interview exclusive: Après son éviction de l’UDPS, Bruno Mavungu parle des prédateurs

[GARD align= »center »]

Bruno Mavunga, ex-secrétaire général de l'UDPS

Bruno Mavunga, ex-secrétaire général de l’UDPS

L’Union pour la démocratie et le progrès social, UDPS vit une ambiance assez particulière en son sein. Depuis jeudi 11 Août, le parti d’Etienne Tshisekedi a annoncé la mis en écart mieux l’éviction de Bruno Mavungu, un des cadres au poste de Secrétaire Général du parti.

Dans une communication officielle, la première force de l’opposition Rdcongolaise a dit reprocher à son désormais ex-secrétaire général notamment la mégestion et certaines prises de positions contraires au parti. Dans la foulée, l’Udps a donné le nom de son remplaçant en la personne de Jacques Kabund, qui était jusque là président fédéral du parti dans la ville de Kamina.

Démis de ses fonctions, Bruno Mavungu n’a pas tardé à réagir. Il évoque notamment l’existence des prédateurs qui prennent en otage le parti parmi eux, le très célèbre Felix Tshisekedi Tshilombo, fils d’Etienne qu’il désigne comme étant le vrai problème.

Bien qu’évincé, Mavungu ne compte pas baisser les bras et entent vouloir continuer sa lutte dans l’objectif dit-il de libérer l’âme du parti en la débarrassant de ce qu’il qualifie d’insectes qui rongent la structure. Il l’a dit au cours d’un entretien exclusive accordé à Œil d’Afrique.

 

Freddy Mulumba
Kinshasa © OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
RDCtshisekediudps

[fbcomments]

Related Articles

RDC: la police empêche une manifestation d’opposants

La police congolaise a empêché sans violence, samedi à Kinshasa, une manifestation interdite qui était organisée par une partie de

RDC: Les secrets de la nomination de Bruno Tshibala comme Premier Ministre

[GARD align= »center »] Ainsi va la politique congolaise. Comme annoncé par le Président Kabila et dans le respect des fameux 48

Tshisekedi : On ne sait jamais d'où partira le coup fatal

Ceux qui ont parcouru les médias occidentaux ces derniers jours ont constaté que ceux-ci ont mené une campagne virulente contre

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*