Italie : L’italo-congolaise Cécile Kyenge Kashetu n’est plus ministre

Italie : L’italo-congolaise Cécile Kyenge Kashetu n’est plus ministre

[GARD align= »center »]

C’est peut-être la fin de la politique italienne en faveur de l’immigration ou de l’intégration. En effet, le gouvernement italien a été complété vendredi par le nouveau Premier ministre mails il n’y a plus de ministère de l’Intégration n’y figure pas.

Cécile Kyenge Kashetu

Cécile Kyenge Kashetu

C’est peut-être la fin de la politique italienne en faveur de l’immigration ou de l’intégration, c’est selon. En effet, le gouvernement italien a été complété vendredi par le nouveau Premier ministre mails il n’y a plus de ministère de l’Intégration n’y figure pas

Après la démission de Enrico Letta le 14 février dernier, Matteo Renzi a pris les rênes du gouvernement italien, lui qui a mis son camarade en minorité au sein de leur formation commune du Parti démocrate (PD). L’homme a obtenu la confiance du Sénat, de la Chambre (Assemblée) et composé une équipe serrée de dix-huit ministres jeunes, dont la moitié de femmes.

Plusieurs défenseurs de droit de l’homme et autres associations attendaient voir ce que ferait le Premier ministre du poste qu’a occupé pendant dix mois la première Africaine noire d’un gouvernement italien, Cécile Kyenge Kashetu. Mais c’est sans surprise que Cécile Kyenge ne fait même pas partie des sous-secrétaires d’Etat et son ministère semble même ne jamais avoir existé.

Malgré ses appels aux autorités à traduire dans la réalité, les composantes de la société italienne, personne n’a tenu compte de ce qu’elle a dit. « L’Italie n’est pas un pays raciste, il y a une fracture entre société et institution. Nous devrions avoir la capacité de traduire au niveau institutionnel tout ce qui provient de la société civile », a-t-elle déclaré quelques heures seulement avant l’annonce du nouveau gouvernement. Cécile Kyenge avait estimé que « si dans le nouveau gouvernement un ministère de l’Intégration n’était pas reconduit, ce serait un pas en arrière devant l’Europe et le monde, qui ont vu un tel ministère comme une valeur ajoutée ».

Au-delà de la non-reconduction du portefeuille de l’intégration, la personne même de la ministre noire posait problème pour des xénophobes italiens qui ont influencé le nouveau Premier Ministre.

Toutefois, le gouvernement de Matteo Renzi entend poursuivre dans la politique de coopération ébauchée par l’ex-ministre des Affaires étrangères Emma Bonino. Un des animateurs principaux du projet ItalAfrica de coopération plus dynamique, Lapo Pistelli, conserve son poste de numéro deux du ministère des Affaires étrangères et de vice-ministre. Sa présence au sommet de l’Union africaine d’Addis-Abeba en janvier dernier avait donné à voir son dynamisme à ce poste. Bon nombre de gouvernements africains l’ont adopté comme voix de référence pour cette Italie qui entend replacer l’Afrique au centre de son dispositif de coopération.

[GARD align= »center »]

La nouvelle équipe est composé de 44 sous-secrétaires d’Etat dont 9 ont rang de vice-ministres. Elle s’est défini de nouvelles priorités qui passent par la lutte contre le chômage, la baisse des charges fiscales et des impôts.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
Cécile Kyengeitalie

Related Articles

Obama en visite surprise à Kaboul un an après la mort de Ben Laden

Le président américain Barack Obama est arrivé en visite surprise en Afghanistan et y a signé dans la nuit de

50% des cas de Maladies tropicales négligées sont enregistrés en Afrique, selon l’OMS

Cinquante pour cent des cas de Maladies tropicales négligées (MTN) sont enregistrés en Afrique a révélé jeudi à Brazzaville le

La victoire de Clinton en voix relance le débat sur le système électoral américain

[GARD align= »center »] La défaite de la démocrate Hillary Clinton face au populiste Donald Trump est d’autant plus amère pour ses

4c ommentaires

Espace commentaire
  1. iba
    iba 1 mars, 2014, 14:08

    Arrêtez cette dame n était pas a la hauteur, elle est nulle, mal habillée et coincee

    Répondre à ce commentaire
  2. mayembo
    mayembo 2 mars, 2014, 12:14

    quand.l’afric.reconnaitra.ses.valeurs.arretons.de.raconter.de.n’importe.quoi

    Répondre à ce commentaire
  3. kassim
    kassim 5 mars, 2014, 13:21

    It only shows how much European government institutions are not ready for diversity. Most of them xenophobic and racist clinging to forever eroding glory

    Répondre à ce commentaire
  4. Dov
    Dov 3 février, 2015, 13:16

    Si la xénophobie est aussi élevée au point qu’on ne veuille pas de noirs au sein du gouvernement italien, alors à quoi sert l’italafrique dont Bonino est mercenaire ? Ces relations doivent aussi prendre fin.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*