Les Ivoiriens privilégient le mobile money pour effectuer leurs transactions financières (rapport BM)

[GARD align= »center »]

(Photo d'illustration |©DR

(Photo d’illustration |©DR

En Côte d’Ivoire, les populations privilégient le mobile money pour effectuer leurs paiements et transferts d’argent, relativement aux établissements bancaires. Seul un épargnant sur huit choisit de placer ses économies dans une banque ou un établissement financier, selon un rapport de la Banque Mondiale (BM).

Le système financier ivoirien octroie proportionnellement trois à quatre fois moins de crédits que les pays à revenu intermédiaire sur le continent africain. Cela laissé entendre que les Ivoiriens préfèrent garder leur argent par devers eux, ou alors pour les plus aisés, investir dans l’immobilier ou des comptes à l’étranger.

Ce rapport de la Banque mondiale intitulé La course vers l’émergence : pourquoi la Côte d’Ivoire doit ajuster son système financier, montre que « la réticence des Ivoiriens s’explique en partie par la crise politique qui a rompu les liens de confiance entre les épargnants et leurs banques ».

Cette réticence « provient aussi du fait que les par les épargnants ivoiriens ont tendance à privilégier les placements qui leur offrent de meilleurs rendements. Dans les conditions actuelles, il y a peu d’incitation à ouvrir et à gérer un compte bancaire pour de nombreuses raisons», selon Jacques Morisset, économiste en chef à la Banque mondiale et auteur du rapport.

Par ailleurs, la détention d’un compte bancaire n’est pas une garantie pour obtenir un crédit, car les banques ivoiriennes privilégient les grandes entreprises, l’achat de titres de l’État ou la constitution de réserves de liquidités, renchérit l’économiste.

En 2014, les détenteurs de compte d’argent mobile (24 %) ont dépassé ceux de comptes bancaires (15 %). En fait, le ratio d’adultes avec un compte mobile en Côte d’Ivoire est le cinquième au monde derrière le Kenya (58 %), la Somalie (37 %), l’Ouganda (35 %) et la Tanzanie (32 %).

Moins de cinq ans après son arrivée en Côte d’Ivoire, le mobile money s’impose donc comme l’un des moyens de transactions financières les plus utilisés par la population.

Selon l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (ARTCI), sur les 24 millions d’abonnés au réseau de téléphonie mobile enregistrés en juin 2015, 7,2 millions ont des comptes de mobile money. Au premier semestre 2015, les recettes sur les retraits, les transferts et les paiements de factures ont atteint 17 milliards FCFA.

Le rapport de la Banque mondiale conclut que si ces comptes mobiles facilitent les paiements et les transferts d’argent, ils ne permettent pas l’octroi de crédit, une des fonctions principales d’un système financier. D’où l’appel aux dirigeants ivoiriens d’adopter deux orientations pour inverser la tendance et renforcer l’intermédiation financière en Côte d’Ivoire.  

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Mobile Money

[fbcomments]

Related Articles

Burkina: le délai imposé pour la transition « n’engage que l’Union africaine »

 [GARD align= »center »] L’homme fort du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Isaac Zida, a estimé jeudi n’être pas tenu par le délai

Burkina Faso : Kaboré demande à Isaac Zida de s’assumer

[GARD align= »center »] Dans le cadre des 100 jours de sa prise de pouvoir, le Président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré

Côte d’Ivoire : plus de 20% des filles adolescentes vivent en couple

Plus de 20% des filles adolescentes en Côte d’Ivoire, âgées de 15 à 19 ans vivent en couple, a t-on

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*