Jacob Zuma n’aime pas se voir en pénis géant

Jacob Zuma n’aime pas se voir en pénis géant

Décidément, la vie sexuelle du président sud-africain Jacob Zuma fait fantasmer… Après le tableau le représentant pénis à l’air, voici le caricaturiste qui le représente carrément sous la forme d’un pénis géant qui se regarde dans la glace. Comme on peut l’imaginer, le dessin fait scandale.

Jacob Zuma en pénis géant

Le dessin de Zapiro représentant Jacob Zuma en pénis (Zapiro.com)

L’auteur de la caricature n’est pas un inconnu : Jonathan Shapiro, dit Zapiro, le plus connu des dessinateurs de presse d’Afrique du Sud, a déjà été conflit avec le président sud-africain en 2008 pour avoir mis en scène le « viol de la justice » lorsque Jacob Zuma a été relaxé après avoir été poursuivi pour viol.

Depuis, Zapiro dessine toujours Zuma avec un pommeau de douche sur la tête, une allusion à une réponse du président sud-africain lors de son procès : la jeune fille qui l’accusait de viol étant séropositive, Zuma avait déclaré qu’il s’était « protégé » en prenant une douche après l’acte sexuel…

Cette fois, Zapiro vole au secours de l’artiste Barend La Grand (dit Brett), qui avait peint Jacob Zuma pénis à l’air, et que Jacob Zuma poursuit en justice. Le tableau avait été retiré après avoir été attaqué par deux détracteurs dans la galerie Marian Goodman dans laquelle il était exposé.

Zuma « tête de nœud »

Zapiro cogne fort puisque la légende de son dessin dit en substance :

« Bien que le sexe soit son sport favori, Zuma poursuit le tableau au pénis devant les tribunaux. En s’en prenant à la liberté d’expression de Brett, il confirme qu’il est une aussi grande tête de nœud qu’on le pensait [en anglais, “as big a dick as we thought”, “dick” étant l’argot pour pénis, ndlr]. »

Cette caricature représentant le Président en pénis a provoqué la colère du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir, qui déclare dans un communiqué que « tous les Sud-Africains partagent notre dégoût ». L’ANC exige des excuses du caricaturiste.

Publié par l’hebdomadaire Mail & Guardian, filiale du Guardian de Londres, le dessin n’est pas non plus du goût du rédacteur en chef du journal, qui a déclaré sur une radio sud-africaine que ce dessin n’était « pas forcément une grande œuvre »… Mais il n’a pas pour autant l’intention de le retirer du site du magazine comme le demande l’ANC.

Jacob Zuma en pénis géant

L’œuvre représentant le président Jacob Zuma, à la galerie Marian Goodman au Cap (Alexander Joe/AFP)

Pour sa part, Zapiro persiste et signe, et a déclaré à la radio sud-africaine que « des visions dissidentes sont essentielles pour que le changement soit réel ». Il a ajouté :

« L’impertinence vis-à-vis de dirigeants qui se prennent trop au sérieux est un élement essentiel de la démocratie. »

Ce débat crée un malaise en Afrique du Sud car il donne lieu à des interprétations différentes. D’un côté, les défenseurs de la liberté d’expression et de la liberté de création défendent l’artiste et le caricaturiste et s’inquiètent de ces attaques.
Le risque de la polarisation

Mais dans l’Afrique du Sud post-apartheid, le fait que ces attaques sur la sexualité du Président (polygame, il a cinq épouses et de nombreux enfants…) soit le fait de Blancs accentue la polarisation qui n’a jamais réellement disparu. Une bonne partie des Noirs se solidarise de son Président en estimant que ces attaques de libéraux blancs montrent qu’ils n’acceptent pas réellement le pouvoir noir en Afrique du Sud.

C’était d’ailleurs la motivation d’un des deux hommes qui, séparément, s’en sont pris à la peinture au pénis. Cet homme, blanc, voulait montrer que tous les Blancs n’approuvaient pas cet affront au chef de l’Etat, au-delà de ce qu’il pouvait penser du personnage et… de sa sexualité.

Ce qui est incontestable, c’est que ce débat public peut avoir lieu librement en Afrique du Sud, alors que de nombreux pays dans le monde auraient déjà embastillé le dessinateur impertinent sans lui laisser la moindre chance de se défendre.

Pierre Haski

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
afrique du sudCaricatureJacob ZumaPénis

Related Articles

Egypte: ouverture de l’audience, verdict attendu pour Hosni Moubarak

LE CAIRE (Egypte)  – L’audience où doit être prononcé le verdict du procès de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak s’est

Bonjour Afrique

Voici la rubrique « Bonjour, Afrique » avec Xinhua: 03/05/2012 Gabon: Ali Bongo dénonce la corruption et le harcèlement sexuel dans l’administration gabonaise

Gabon: pauvreté endémique malgré une croissance vigoureuse

La croissance économique au Gabon reste vigoureuse grâce aux ressources pétrolières mais la pauvreté dans le pays reste endémique, a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*