Jean-Yves Le Drian au sommet de Dakar: «Les militaires africains, une fois formés, ne disposent pas de moyens»

Jean-Yves Le Drian au sommet de Dakar: «Les militaires africains, une fois formés, ne disposent pas de moyens»

[GARD align= »center »]

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian a affirmé mardi à Dakar que les armées africaines manquent de moyens pour répondre de manière efficace au péril terroriste.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian a affirmé mardi à Dakar que les armées africaines manquent de moyens pour répondre de manière efficace au péril terroriste.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian a affirmé mardi à Dakar que les armées africaines manquent de moyens pour répondre de manière efficace au péril terroriste.

Le ministre français a prononcé un discours lors de la clôture du forum sur la paix et la sécurité en Afrique, ouvert lundi à Dakar (Sénégal). Selon Le Drian, la sécurité se construit tout d’abord à l’échelle d’un Etat. Dans ce cadre, il a beaucoup insisté sur les fondements solides des Etats qui doivent déboucher sur des organisations régionales fortes et des forces armées solides reflétant la bonne gouvernance africaine. Le Drian a ajouté que les Etats africains doivent construire des capacités nationales (pour faire face à l’insécurité) afin d’en faire une  dynamique régionale.

Sur cette lancée, le ministre français de la Défense a fait savoir, pour réussir la construction d’une dynamique régionale, qu’il faut une armée loyale, formée et dotée de capacités essentielles comme le déploiement rapide. «Les militaires africains, une fois formée, ne disposent pas de moyens minimums, comme le déplacement », a indiqué Le Drian, ajoutant que la sécurité a un prix.  Le ministre français a relevé la mutualisation des efforts dans la lutte contre le terrorisme. «Pas de sécurité durable sans coopération face aux défis liés au terrorisme, et à la cybercriminalité. Aucune des ces menaces ne saurait être surmonté par un seul Etat », explique Jean-Yves Le Drian. Donc, pour lui, il faut poser les jalons d’une coopération, d’une union et d’un dialogue soutenu entre les Etats.

Dernier acte de son discours, c’est que, dit-il, l’action militaire pour lutter contre l’insécurité est indispensable, mais  ne suffit pas à elle seule. Pour lui, l’Afrique a besoin d’une capacité de réaction, d’anticipation rapide face au terrorisme.  Pour cela, il  faut au continent africain une vision partagée de la menace. Jean-Yves Le Drian donne lui-même des pistes à savoir «la création d’une plateforme où se dérouleront les débats», à côté des actions militaires qui doivent être relayées par le dialogue politique.

Le ministre français était debout à côté des présidents sénégalais, Macky Sall, tchadien Idriss Déby, le Malien Ibrahima Boubacar Keïta et le Mauritanien, Ely Ould Mohamed Vall et l’ancien chef d’Etat nigérian, Olesegun Obasanjo.

Selon Cheikh Tidiane Gadio, ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères et organisateur du forum, 400 participants et 400 invités, dont 30 pays africains ainsi qu’une quarantaine d’ONG ont assisté à la rencontre.

Baba Mballo
© OEIL D’AFRIQUE

 

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
dakarJean-Yves Le Drian

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Niger : L’arrestation de Hama Amadou suspendue à la décision des députés

 [GARD align= »center »] Le bureau de l’Assemblée nationale du Niger a reçu mardi une requête du ministre de la Justice aux

Alassane Ouattara : l’économie ivoirienne affectée par la chute des cours du cacao

[GARD align= »center »] La chute brutale des cours du cacao sur le marché international affecte l’économie de la Côte d’Ivoire, premier

Côte d’Ivoire: Ouattara dans un fauteuil avant la présidentielle d’octobre

Majorité unie, opposition divisée, bilan flatteur selon ses soutiens: le chef de l’Etat Alassane Ouattara, candidat depuis dimanche à l’élection

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Pierre Duval
    Pierre Duval 17 décembre, 2014, 10:23

    Depuis quand ceux qui arment les terroristes et sèment la guerre en Afrique se soucient ils de la force de réaction des armée africaines??
    Encore une fois, comme à son habitude, là France prend les Africains pour de vrais imbéciles !

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*