Jeux africains de Brazzaville: cérémonie d’ouverture sous la colère de la présidente de la Commission de l’UA, Dr Dlamini Zuma

Jeux africains de Brazzaville: cérémonie d’ouverture sous la colère de la présidente de la Commission de l’UA, Dr Dlamini Zuma
La présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, le 04 septembre 2015 à Brazzaville

La présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, le 04 septembre 2015 à Brazzaville

Sa présence à l’ouverture des 11èmes Jeux africains de Brazzaville aura été marquée par plusieurs couacs protocolaires. Pour cela, sans même dire au-revoir aux officiels congolais, Dr Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine (UA) a repris son avion dans la nuit.

Sur insistance de Makaya Safouesse, ambassadeur du Congo à Addis-Abeba et auprès de l’Union africaine, la présidente de  la Commission de l’Union africaine (UA) avait revu son agenda pour effectuer le voyage de  Brazzaville afin de prendre part  à la cérémonie d’ouverture des 11èmes Jeux africains. Dès son arrivée dans la capitale congolaise, la diplomate Dlamini Zuma a dû écourter son séjour, en raison d’un incident diplomatique.

Selon des sources ayant pris part à la cérémonie, dès son arrivée à Brazzaville, Dlamini Zuma devait animer une conférence de presse. Mais le retard momentané de l’atterrissage de son avion a conduit le staff de la commission d’organisation du tournoi en accord avec les autorités à repousser la conférence.

Peu avant l’atterrissage de l’avion de Mme Zuma, un agent de la direction du protocole nationale du Congo, sans en informer le staff de la présidente de la commission, ordonne l’annulation de la conférence de presse  sur  les lieux et convie les journalistes à se reporter sur le site de Kintélé, qui abrite le site du tournoi. Sur les lieux, Mme Zuma devait donner sa conférence dans une salle aménagée. Ce qui n’est pas du goût des diplomates de l’UA.

«La responsable de la communication de l’UA a protesté contre cette manière d’agir», a indiqué un membre de l’entourage de la présidente de la Commission de l’UA.

Selon la même source, la colère du diplomate a monté lorsque l’agent du protocole lui a rétorqué  que le Congo est un état souverain ignorant  que les jeux africains restent une activité  statutaire de l’UA et que le Congo n’est qu’un pays organisateur.

Au cours de son séjour mouvementé, Mme Zuma s’est quand même entretenu avec le Président congolais Denis Sassou Nguesso. Mais à la fin de ce tête-à-tête, un nouvel incident a été noté. Le protocole congolais qui a voulu mettre le cap  vers le site de  Kintélé, s’est vu opposer une résistance au protocole de l’UA qui a indiqué que  Mme Zuma doit d abord arriver à son hôtel  avant d’aller à la cérémonie. Au stade où s’est déroulée la cérémonie d’ouverture, les collaborateurs de Mme Zuma tout comme certains ministres n’avaient pas de siège dans la tribune officielle. «Les places étaient occupés par les membres de la famille présidentielle dont la majorité n’ont aucune fonction officielle », selon les sources d’œil d’Afrique.

Mme Zuma avait prévu de quitter l’hôtel à l’aube pour l’aéroport. A la grande surprise de son staff, son véhicule n’était pas sur les lieux. «Le staff de l’UA a été obligé de réveiller l’ambassadeur de l’Afrique du Sud à Brazza qui a dépêché une voiture  de commandement et un véhicule de ramassage de bagages», a affirmé un membre de la délégation.

A l’aéroport, seul l’ambassadeur du Congo était présent pour un au-revoir à la présidente de la Commission de l’UA et par la même occasion lui présenter également des excuses.

Bizarrement, la direction du protocole était composée du sommet à la base de militaires rompus aux tâches sécuritaires et non aux usages diplomatiques. De l’autre côté, le personnel diplomatique habilité et formé pour cette tâche est relégué dans les calendriers grecques du ministère .

Les XIe Jeux africains se sont ouverts vendredi à Brazzaville, berceau de l’olympisme en Afrique pour avoir accueilli la première édition de cette compétition il y a cinquante ans.

Des sportifs représentant 51 des 54 pays de l’Union africaine (UA) doivent s’affronter dans 23 disciplines, allant de l’athlétisme à l’haltérophilie en passant par le football, la boxe, le cyclisme, le taekwondo ou encore la pétanque, sans oublier le handisport.

R. M.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
brazzavilleJeux africainsnkosazana dlamini zuma

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

France: Hollande le vrai vainqueur de la Présidentielle 2017

[GARD align= »center »] François Hollande a réussi là où les observateurs avaient vu une défaite pour lui. Convaincu de ne pas

Bénin : Yayi Boni éprouve des difficultés pour se trouver un successeur dans son camp

L’élection présidentielle de 2016 au Bénin approche à grandes enjambées. Et à quelques mois de cette échéance électorale, Yayi Boni

Congo: Bienvenu Okiemy contre Thierry Moungalla, la guerre froide

Un énième remaniement gouvernemental a eu lieu au Congo-Brazzaville. Le président Sassou Nguesso a réussi par ce ballet de chaises musicales

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*