Justice: Guillaume Soro peut de nouveau séjourner en France

[GARD align= »center »]

Guillaume Soro

Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro| © DR

C’est la fin d’une procédure lancée le 5 décembre 2015 par la juge d’instruction française, Sabine Khréris contre le Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro. En effet, madame Khréris avait lancé un mandat d’amener contre monsieur Soro dans le but de l’écouter dans le cadre de la plainte pour « torture, traitement humains dégradants et détention arbitraire. »

Selon le magazine La Lettre du Continent, l’avocat de PAN ivoirien, Jean Paul Benoit a reçu, fin décembre, une lettre officielle de la juge française, pour lui signifier que Guillaume Soro avait recouvré sa liberté de circulation sur le territoire français sans qu’il soit inquiété.

Cette décision fait suite à l’audition de Guillaume Soro à Abidjan conforment à la commission rogatoire internationale lancée par la magistrate. Pourtant l’enquête n’est pas fini. En effet, l’avocate de Michel Gbagbo a demandé que Laurent Gbagbo soit également entendu sur les circonstances de l’arrestation de son fils.

La juge Khéris devrais se rendre dans les prochains jours à La Haye afin d’entendre Laurent Gbagbo. 


Tags assigned to this article:
cote d'ivoirefranceGbagbojusticesoro

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Le Tchad veut envoyer deux mille hommes au Mali

Le Tchad veut envoyer au Mali un régiment d’infanterie et deux bataillons d’appui, ce qui fait aux alentours de 2.000

Le Ghana interdit les crèmes eclaircissantes

La FDA, l’autorité en charge des produits alimentaires et pharmaceutiques interdit la vente des produits eclaircissants au Ghana. Le blanchiment

Burundi: arrestation d’un opposant à un 3e mandat de Nkurunziza

Une figure de la société civile burundaise, le défenseur des droits de l’Homme Pierre-Claver Mbonimpa, qui a appelé à manifester

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*