Kabila: une guerre injuste nous est imposée dans l’Est de la RDC

Kabila: une guerre injuste nous est imposée dans l’Est de la RDC
Kabila

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila. © Image Globe

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a présenté le conflit dans l’Est de son pays comme une guerre injuste et imposée par des forces négatives à la solde d’intérêts extérieurs, en ouvrant samedi le sommet de la Francophonie à Kinshasa.

Pendant que notre peuple se dépense sans compter pour l’amélioration de ses conditions de vie, des forces négatives à la solde d’intérêts extérieurs ont depuis quelques mois entrepris de déstabiliser notre pays dans la province du Nord-Kivu (est), a-t-il affirmé sans toutefois citer le Rwanda, accusé par l’ONU et Kinshasa de soutenir une rébellion dans l’Est.

Du fait de la guerre injuste qui nous est ainsi imposée, une fois de plus, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants perdent leur vie ou sont dans l’errance dans les montagnes du Kivu et d’autres sont obligés de vivre dans des conditions qui ne peuvent qu’interpeller la conscience, a-t-il ajouté.

[wp_ad_camp_3]

Il s’exprimait devant une quinzaine de chefs d’Etat et de gouvernement ayant le français en partage, réunis pour deux jours à Kinshasa.

Dans l’après-midi, les participants au sommet devaient débattre, à huis clos, de la situation au Nord-Kivu où l’armée congolaise combat des rebelles du M23 (mouvement composé de mutins) et différents groupes armés, dans une région riche en minérais.

Des experts de l’ONU ont récemment accusé le Rwanda de fournir un soutien militaire aux rebelles, ce que Kigali a démenti. Le président rwandais Paul Kagamé était samedi le grand absent du sommet.

Le président congolais, dont le régime est sous le feu des critiques pour les violations des droits de l’homme, a salué la venue de dirigeants étrangers comme une marque de solidarité.

Une partie de l’opposition congolaise avait appelé au boycott de ce sommet, pour ne pas légitimer le régime de Joseph Kabila, dont la réélection en 2011 a été marquée par de nombreuses fraudes.

M. Kabila a ensuite vanté la tolérance, l’Etat de droit et la démocratie, consubstantiels de la Francophonie et a affirmé que la RDC avait pris l’engagement de traduire ces valeurs universelles dans la vie de ses institutions et de ses populations.

Avec AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
FrancophonieguerrekabilaRDCongosomme

Related Articles

Ghana: le vice-président prête serment après la mort de Mills

Le président John Atta Mills, qui dirigeait le Ghana depuis 2009, est mort brusquement mardi à 68 ans et son

« L’actualité africaine en 5 titres » du 12 juillet 2016

[GARD align= »center »] RDC-arrêt Cour constitutionnelle : « Le président de la République arrivé fin mandat [peut] demeurer en fonction, en vertu

Terrorisme: Comment la CIA a versé un millions de dollars à Ben Laden

C’est le New York Times, dans son édition du 14 mars 2015, qui soulève le lièvre. Citant des sources officielles

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*