Kasai Allstars : un fétiche au coeur du Congo

Kasai Allstars : un fétiche au coeur du Congo

[GARD align= »center »]

Kasai-AllstarsConçu sur le modèle de la dream team, Kasai Allstars est un collectif regroupant une quinzaine de  musiciens originaires du Kasai (province du Congo). Tous jouent ordinairement dans d’autres formations (notamment dans Masanka Sankayi et l’Ensemble Basokin) et possèdent leur propre bagage linguistique, musical et traditionnel. Son inspiration et son unité, le collectif a pourtant su les trouver en puisant dans les anciennes magies du Congo, dans ces cérémonies ancestrales où le chant et la danse ont toujours joué un rôle central. Visant la transe, la musique qu’il déploie est par conséquent moins définie selon des schémas harmoniques et mélodiques que par ses embrasements polyrythmiques répétés à l’infini.

 

[GARD align= »center »]

Six ans après un premier opus aussi fracassant qu’une éclosion cosmogonique (In The 7th Moon, The Chief Turned Into A Swimming Fish And Ate The Head Of His Enemy By Magic), le groupe revient avec un double-album au titre plus synthétique, mais tout autant ancré dans le mythe et l’occultisme : Beware the Fetish (« gare au fétiche »). Tambours en frénésie, likembés électrifiés, jaillissements vocaux imprévus, guitares échappées des orchestres de rumba pour retrouver la touffeur mystérieuse des soirées de rassemblement… Dès les premières secondes de ce disque aux allures de manuel d’envoûtement, l’auditeur pénètre dans un étrange labyrinthe de sons et sent passer les invisibles frémissements des esprits de la nuit. Il croise la route de l’homme-léopard, de singes vêtus comme des humains, de défunts pas tout à fait morts et de fétiches impassibles, jalons opaques plantés sur son chemin vers l’hypnose et l’abandon de soi. Mais d’autres figures, plus charnelles heureusement, l’attendent encore : la chanteuse argentine Juana Molina (pour une adaptation du Laboureur et ses enfants de La Fontaine !) ou l’orchestre de Kinshasa Konono N°1, autres signatures labelisés « Congotronics » par Crammed Discs, label particulièrement adroit à produire ce type de disques ensorcelants et authentiques, profondément singuliers.

[GARD align= »center »]

Louis Julien Nicolaou
Source: Mondomix

[wp_ad_camp_4]


Tags assigned to this article:
congokasaïmusiqueRDC

Related Articles

Le comédien Mouss Diouf est mort

Âgé de 47 ans et victime de deux accidents vasculaires cérébraux en 2009, le comédien avait été admis dans un

Vingt ans après sa mort, Tupac règne toujours en maître

[GARD align= »center »] 13 septembre 1996, Tupac Shakur meurt à Las Vegas. Vingt ans après, il inspire toujours la nouvelle génération

Classement "Forbes" des rappeurs ayant gagné le plus d'argent en 2010

Le rapper Jay-z reste à la tête du royaume Rap même si ses revenus sont beaucoup moins importants que ceux

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*