Kéfir, yaourt « ouest-africain » prisé par les Kinois

Kéfir, yaourt « ouest-africain » prisé par les Kinois

Depuis un certain temps les kinois enfants, jeunes et adultes ont pris le goût de consommer le yaourt appelé Kéfir, fabriqué à Kinshasa par des femmes ouest africaines vivant dans le quartier Matonge dans la commune de Kalamu. Une variété de Kéfir appelé « yaourt », fabriquée à Kinshasa par des Ouest-africains vivant dans la capitale est prisée par des consommateurs congolais jeunes et adultes, a constaté l’ACP, samedi sur la place dite « de la victoire » au quartier Matonge dans la commune de Kalamu.

Ce produit vendu, en cet endroit, aux heures de pointe, est raffolé par les passants qui n’hésitent pas à s’en procurer deux ou trois sachets et même plus.

Le prix à la vente de ce yaourt varie entre deux et trois cents francs congolais la pièce que les vendeuses empaquètent dans les sachets en le mélangeant avec du sucre et exigent aux acheteurs de bien le secouer avant la consommation pour arriver à un mélange harmonieux.

A une question, un consommateur a laissé entendre qu’il achète souvent le yaourt pour sa famille surtout que ses enfants en raffolent et même son épreuve. Le yaourt ouest-africain est surnommé « Meka okangama » (Essaie et tu seras enchaîné) par les consommateurs kinois, indique-t-on.

ACP



Related Articles

RDC-Rwanda: Clinton appelle les dirigeants à négocier

La Secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton tente actuellement d’amener les dirigeants de la RDC et du Rwanda à négocier pour

Sénégal: l’ex-président Wade renonce à son mandat de député

L’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, l’un des principaux opposants au président Macky Sall, a annoncé qu’il renonçait à siéger à l’Assemblée

Des fosses communes de migrants découvertes en Malaisie

L’horreur jusqu’au bout du voyage. Le ministre malaisien de l’Intérieur a annoncé que des fosses communes avaient été découvertes dans

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*