Kenya: au moins 3 morts dans les affrontements entre police et manifestants

[GARD align= »center »]

Des manifestants dans le bidonville de Kibera à Nairobi le 23 mai 2016|AFP

Des manifestants dans le bidonville de Kibera à Nairobi le 23 mai 2016|AFP

Au moins trois civils ont été tués lundi dans l’ouest du Kenya lors d’affrontements entre la police et des manifestants de l’opposition réclamant la dissolution de la Commission électorale en amont de la présidentielle du 8 août 2017, a annoncé mardi la police kényane.

Deux personnes ont été tuées par balle à Siaya, où les forces anti-émeute, selon un communiqué de la police, ont tiré « pour se défendre » face à « une foule utilisant des lance-pierres ». Vingt-neuf policiers ont été blessés, a ajouté la police.

A Kisumu, ville acquise à l’opposition, une personne est décédée d’une blessure à la tête provoquée par une chute alors qu’elle fuyait les gaz lacrymogènes lancés par les policiers.

Lundi, les leaders de l’opposition avaient de leur côté affirmé que plusieurs de leurs partisans avaient été « tués en divers endroits du pays », sans donner de bilan précis.

Plusieurs manifestations contre la Commission électorale (IEBC) ont été organisées par l’opposition depuis le 25 avril.

La coalition d’opposition emmenée par Raila Odinga et plusieurs organisations de la société civile réclament la dissolution de l’actuelle IEBC, qui avait organisé la présidentielle de 2013 remportée par Uhuru Kenyatta. Le résultat avait été contesté par M. Odinga.

Ancien Premier ministre dans le gouvernement d’unité nationale formé après les violences post-électorales de 2007-2008 (plus de 1.100 morts), M. Odinga estime que la commission électorale est favorable au camp présidentiel et n’est pas en mesure de garantir l’équité du prochain scrutin présidentiel.

Lundi, la police anti-émeute avait dispersé à l’aide de canons à eau, de gaz lacrymogène et de coups de bâtons des manifestants ayant tenté de se rassembler dans la capitale Nairobi, dans la ville portuaire de Mombasa, à Kisumu et Siaya, notamment.

Selon le communiqué de la police, des gardiens de prison escortant un bus de « dangereux criminels » dans le sud-ouest du Kenya ont par ailleurs tiré sur une foule voulant les libérer et ont blessé cinq « émeutiers ».

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
éléctionskenyamanifestationviolences

[fbcomments]

Related Articles

RDC : La Majorité Présidentielle et son meeting

[GARD align= »center »] Elle l’avait annoncé. Elle le fait. La Majorité Présidentielle tient ce vendredi 29 juillet son meeting politique au

Kenya: nouvelles manifestations de l’opposition pour réclamer la dissolution de la Commission électorale

[GARD align= »center »] Plusieurs centaines de militants de l’opposition ont manifesté le lundi 6 juin dans tout le pays à l’appel

Cameroun: cadavres et surpeuplement dans les prisons

 [GARD align= »center »] L’Institut national de la statistique (INS) du Cameroun vient de publier un rapport sur les prisons du pays.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*