Kenya : A 19 ans, Martha Chumo crée son école d’informatique après 2 refus de visa pour etudier aux USA

Kenya : A 19 ans, Martha Chumo crée son école d’informatique après 2 refus de visa pour etudier aux USA

Il y a 2 ans, Martha Chumo qui vit à Naïrobi (Kenya), avait pour vocation de devenir Medecin. Mais aujourd’hui elle se retrouve à la tête d’une école pratique d’informatique, après que le visa pour étudier 3 mois à Hacker School au USA, lui ait été refusé.

Suite a un stage pendant lequel elle avait un accès quotidien à un ordinateur, Martha Chumo a décidé de faire carrière dans les métiers de l’informatique. Encore adolescente, elle a tout de même réuni de l’argent pour s’acheter un ordinateur à l’issu de se stage.

Son ordinateur en main, elle a appris a créer des programmes et à faire du développement web en fréquentant iHub (un espace de rencontre et de travail pour les professionnels et entrepreneurs du domaine de l’informatique). Pour aller encore plus  loin dans son apprentissage, elle a postulé à Hacker School, une sorte de formation accélérée qui a la réputation de créer des professionnels de très haut niveau. Le problème c’est que Hacker School se trouve aux USA. Ingénieuse et prête à faire ce qu’il faut pour atteindre son objectif, Martha, lance une collecte de fond sur internet pour le financement de ses 3 mois de formation aux USA. Elle y arrive en récoltant $5 800, bien au delà des $4 200 dont elle avait besoin.

Mais grande sera sa désillusion lorsque l’ambassade des USA à Naïrobi, lui refuse le visa de court séjour. En effet, le consulat estime qu’étant une jeune femme célibataire, sans enfant et n’étant pas encore inscrite à l’université, elle n’a pas assez d’attache dans son pays. Et sans attache, elle représente donc un risque d’immigration illégale.

Martha ne baisse pas les bras pour autant et décide de créer sa propre « Hacker School ». Pour elle, si elle ne peut pas s’y rendre pour se former, c’est la formation qui viendra à elle. Elle lance donc une nouvelle campagne de collecte de fond pour son projet d’école (Naïrobi Dev School) sur le site indiegogo. A ce jour, elle a atteint le seuil de $12 000 sur les $50 000 dont elle a besoin pour lancer ce centre. Pour la soutenir, vous pouvez lui faire un don en cliquant ci-dessous.

http://igg.me/at/dev-school-in-nairobi

Si Martha cherche des financements y compris auprès d’entreprises locales, c’est surtout parce qu’elle a décidé que l’accès à Naïrobi Dev School sera gratuit. Comme pour le Hacker School américain, la formation au sein de l’école de notre jeune développeuse kenyane se tiendra sur 3 mois à un rythme soutenu. Bien entendu, une sélection sera faite pour ceux qui souhaitent en bénéficier.

Enfin, la future manager de Naïrobi Dev School pense avec philosophie que finalement que ce refus de visa était finalement une bonne chose pour elle.

Ne dit-on pas que « ce que femme veut, Dieu veut ». Voilà qui doit en inspirer plus d’une.

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
afriqueétudiantinformatiquejeunesse

Related Articles

Sénégal : Baisse substantielle du prix du pain

[GARD align= »center »] Les Sénégalais vont désormais acheter la baguette de pain de 190 grammes à 150 FCFA contre 175 FCFA

Congo-Brazzaville: près de cent motos « Jakarta » confisquées par la police nationale

La police routière nationale a démarré depuis quelques mois des rencontres avec les conducteurs de voitures dans le but de

Au Sénégal, un « journal télé rappé » en rythme et rimes

[GARD align= »center »] En 2013, les rappeurs sénégalais Xuman et Keyti ont lancé « le journal télé rappé », où ils mettent l’information

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*