Kenya : décès du ministre de l’Intérieur Joseph Nkaissery

[GARD align= »center »]

Le ministre kényan de l’Intérieur Joseph Nkaissery est mort dans un hôpital de Nairobi où il avait été admis pour un contrôle médical|©DR

Le ministre kényan de l’Intérieur Joseph Nkaissery est mort dans un hôpital de Nairobi où il avait été admis pour un contrôle médical, a brièvement annoncé samedi le gouvernement kényan.

« C’est avec émotion et une peine profonde que nous annonçons la mort soudaine du ministre de l’Intérieur, le général à la retraite Joseph Nkaissery », a indiqué un communiqué du gouvernement.

Le texte précise que Nkaissery est mort « à l’hôpital Karen de Nairobi quelques heures après y avoir été admis pour un contrôle médical », sans indiquer la date ou la cause précise du décès.

Agé de 68 ans, le général Nkaissery était ministre de l’Intérieur et secrétaire à la coordination du gouvernement depuis le 2 décembre 2014.

Député depuis 2002, il avait été nommé à ce poste par le président Uhuru Kenyatta pour remplacer Joseph Ole Lenku, à la suite d’une vague d’attaques revendiquées par les jihadistes somaliens shebab qui avait frappé le Kenya en 2014.

AFP

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
décèsJoseph Nkaisserykenya

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Lambert Mende « La sollicitude du ministre Ayrault pour la RDC devient suspecte »

[GARD align= »center »] Le gouvernement congolais a accusé mardi le chef de la diplomatie française Jean Marc Ayrault d’ »encourager les extrémistes »

« L’actu africaine en 5 titres » du 1er juin 2016

[GARD align= »center »] Ouverture du procès en assises de Mme Gbagbo: présentation des charges reprochées à l’ex-Première dame Le procès en

Des Camerounais pasteurisent le vin de palme

Depuis près de deux ans, une jeune entreprise camerounaise étuve et conserve le vin issu du palmier et du raphia,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*