Kenya: le président remanie le gouvernement en écartant cinq ministres accusés de corruption

[GARD align= »center »]

Le président du Kenya Uhuru Kenyatta, le 27 octobre 2015, à New Delhi | AFP/Archives | SAJJAD HUSSAIN

Le président du Kenya Uhuru Kenyatta, le 27 octobre 2015, à New Delhi | AFP/Archives | SAJJAD HUSSAIN

Le président kényan Uhuru Kenyatta a remanié son gouvernement mardi soir en démettant de leurs fonctions cinq ministres impliqués dans des scandales de corruption, en réponse aux critiques de plus en plus virulentes sur le niveau de corruption dans le pays.

Les cinq ministres concernés avaient été écartés temporairement en mars – tout en continuant à recevoir leur salaire -, après avoir été cités dans un rapport de la Commission éthique et anticorruption (EACC).

Il s’agissait des ministres de l’Agriculture, de la Pêche et du développement de l’élevage Felix Koskei, de l’Infrastructure et des Transports Michael Kamau, de l’Energie et du Pétrole Davis Chirchir, du Travail Samuel Kazungu Kambi et des Terres, du Logement et du Développement urbain Charity Ngilu.

En annonçant le remaniement, le président Kenyatta, qui a déjà effectué plus de la moitié de son premier mandat de cinq ans, a estimé qu’il « ferait en sorte que ceux en charge de fonctions publiques rendent des comptes ».

Cette décision fait suite à la démission samedi, officiellement pour raisons de santé, d’une autre ministre au cœur d’un scandale, Ann Waiguru, en charge de la Décentralisation et de la Planification.

Une enquête parlementaire dans son ministère, où les fonctionnaires sont soupçonnés de gonfler démesurément leurs dépenses, avait révélé entre autres l’achat d’une télévision pour 17.600 dollars (15.900 euros) ou d’un simple stylo pour 85 dollars (79 euros).

Lundi, le président Kenyatta avait annoncé une série de mesures destinées à lutter contre la corruption. Il avait estimé que celle-ci était une menace à la sécurité nationale et avait appelé les leaders religieux à en faire un « péché contre Dieu et l’humanité ».

A la mi-novembre, une dizaine d’ambassadeurs des principaux bailleurs de fonds du Kenya – dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union européenne, la France, l’Allemagne et le Japon – avaient estimé que la corruption « compromet(tait) » l’avenir du pays en menaçant sa croissance économique et sa sécurité.

Dans l’Indice de perception de la corruption 2014 de l’ONG Transparency International, le Kenya est classé 145e sur 174 pays.

Au Kenya, un mandat électif est souvent perçu comme un moyen d’enrichissement personnel.

En juillet, un rapport du contrôleur général du Kenya avait jeté une lumière crue sur l’ampleur de la corruption qui gangrène le pays: à peine 1% des dépenses du gouvernement y répondent aux règles comptables.

La presse kényane a régulièrement consacré ses Unes à des scandales de corruption ces dernières semaines.

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
corruptiongouvernementkenyaKenyatta

[GARD align="center"] [fbcomments]

Related Articles

Un tutis burundais parle au peuple des grands lacs

J’avais reçu comme souvent un appel qui m’avait beaucoup surpris. Le monsieur s’était présenté comme un activiste burundais et qu’il

La CPI appelle l’Afrique du Sud à arrêter le président soudanais Omar el-Béchir

La Cour pénale internationale (CPI) a appelé les autorités sud-africaines à arrêter le président soudanais Omar el-Béchir, qui doit participer

La RDC tente d’écarter le dollar de son système monétaire

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a engagé depuis plusieurs mois une «dédollarisation» de son économie pour

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*