Kenya : le Président Uhuru Kenyatta prêt à retirer son pays de la CPI

[GARD align= »center »]

Le président kenyan Uhuru Kenyatta

Le président kenyan Uhuru Kenyatta

Le président kenyan, Uhuru Kenyatta, a demandé à ses compatriotes députés d’approuver les projets de loi qui leur seront proposés en vue d’autoriser le Kenya à quitter la Cour pénale internationale (CPI), a annoncé, mercredi, la presse locale, lue par APA

Cette requête a été formulée après que la Cour pénale internationale (CPI) a menacé le Kenya de sanctions sévères à l’Assemblée des États Parties pour non-coopération.
La CPI veut que Nairobi extrade trois Kenyans accusés de subornation de témoins dans l’affaire Ruto, rappelle le site de l’Agence panafricaine de presse.

Le tribunal international a émis des mandats d’arrêt contre l’ancien journaliste Walter Barasa en 2013 ainsi que Me Paul Gicheru et Philip Bett en octobre 2015.

En réaction, le président a déclaré qu’aucun Kenyan n’irait plus à la CPI.  Le Président a demandé aux députés de réactualiser deux résolutions en suspens afin de « rompre tout lien, coopération et assistance » avec la Cour pénale internationale. « Le Parlement est invité à prendre les mesures nécessaires pour assurer l’actualisation de la présente résolution, d’une manière qui respecte notre ordre constitutionnel », lit-on dans la lettre.

En vue de progresser vers l’application des directives du Parlement, le gouvernement a demandé à l’Union africaine lors de sa 26e session à Addis-Abeba, d’habiliter un comité ministériel ouvert pour gérer l’engagement de l’Afrique avec la CPI, en développant en six mois, une stratégie globale pour le retrait collectif des Etats du continent de la CPI, a souligné Kenyatta dont l’affaire à la CPI a été abandonnée en décembre 2014, estime APA.

La CPI a abandonné les accusations de crimes contre l’humanité qui pesaient sur le vice-président William Ruto et le journaliste Joshua Arap Sang.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
CPIkenyaUhuru Kenyatta

[fbcomments]

Related Articles

La RDC va libéraliser son secteur de l’électricité

La République démocratique du Congo (RDC) envisage la libéralisation de son secteur d’électricité actuellement monopolisé par l’Etat, a-t-on appris jeudi

Ouganda: le chef de l’opposition arrêté à la veille de l’investiture du président Museveni

[GARD align= »center »] L’opposant historique ougandais Kizza Besigye a été une nouvelle fois arrêté mercredi, a annoncé la police locale à

Afrique centrale: Abdoulaye Bathily prévient les dirigeants des risques de déstabilisation

 [GARD align= »center »] Le représentant du secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique centrale, Abdoulaye Bathily s’inquiète de la possible étendue de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*