La BAD lance l’autoroute de l’information en Afrique

La BAD lance l’autoroute de l’information en Afrique

La Banque africaine de développement (BAD) a récemment lancé un ambitieux programme qui vise à améliorer de façon substantielle la gestion et la diffusion des données dans plusieurs pays africains dont la RDC, indique un communiqué de presse rendu public le 20 février.

L’objectif ultime de ce programme, souligne la note, est de favoriser un plus large accès du public aux statistiques officielles. Ce programme entend aussi appuyer les pays du continent dans les efforts qu’ils déploient pour améliorer la qualité et la diffusion des données, tout en facilitant l’élaboration, le suivi et l’évaluation des politiques à l’œuvre. À ce jour, les travaux, poursuivis simultanément dans plusieurs pays et institutions africains, ont été parachevés dans treize pays,  à savoir Cap-Vert, République démocratique du Congo, Cameroun, Congo, Malawi, Mozambique, Namibie, Rwanda, Soudan du Sud, Tanzanie, Tunisie, Zimbabwe, Zambie ainsi qu’au sein de la Commission de l’Union africaine. « Le programme prévoit la création de plates-formes informatiques communes avec la mise en place de portails de données dans l’ensemble des cinquante-quatre pays du continent et de seize organisations régionales et sous-régionales africaines, d’ici à la fin juillet 2013 », indique le communiqué.

Une charge de travail réduite

L’objectif, apprend-on, est double : établir, en temps réel, des liens directs sur les données, entre la BAD et les agences nationales de statistiques, les banques centrales et les ministères de tutelle des pays africains, d’une part et associer les pays les uns aux autres, ainsi qu’aux partenaires au développement, d’autre part. « La plate-forme informatique en cours de déploiement en Afrique dispose également d’un outil de présentation qui favorise un transfert fluide des données nationales vers le portail statistique de la BAD. Pour ce faire, le département des statistiques de la BAD a collaboré avec celui du FMI, en vue d’aider les pays à rédiger leurs pages nationales de données synthétiques, dans le cadre de leur préparation à l’adhésion aux Normes spéciales de diffusion des données renforcées (NSDD-Plus) », souligne la note.

L’autre avantage de ce projet est relatif à la charge de travail liée à la collecte des données des pays africains qui sera considérablement réduite, car il suffira désormais de télécharger en une fois les données dans le système de la BAD puis de les partager avec les différents partenaires au développement. « Cette initiative de la BAD offre aux pays africains l’opportunité, unique, de prendre les devants dans la mise en œuvre de normes statistiques à l’échelle régionale, tout en facilitant l’accès à leurs données respectives via une plate-forme commune. Outre le fait de révolutionner la gestion et la diffusion des données sur le continent, ce programme permettra à l’Afrique de participer plus efficacement  à l’économie mondiale de l’information », conclut le communiqué.

Patrick Kianimi


Tags assigned to this article:
BADinformation

Related Articles

Les Béninois préfèrent Hollande à Sarkozy

Ils sont nombreux les citoyens béninois à dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas : il faut faire

Bonjour Afrique

Voici la rubrique « Bonjour, Afrique » avec Xinhua: 23/04/2012 – – – Guinée : La CENI exige le respect du quota de

Burundi: 8 morts dans des combats entre forces de l’ordre et un important groupe armé

[GARD align= »center »] Au moins huit hommes issus d’un important groupe armé venus de République démocratique du Congo (RDC) ont été

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*